51-IFDTX7wS

Titre original japonais = Shinzanmono

Titre anglais = the Newcomer

Auteur.e = Keigo Higashino, littérature japonaise

Titre français = le Nouveau

Genre = polar, portraits de femmes, famille, Tokyo district de Nihonbashi, 

Personnages = Kyoichiro Kaga, tous les habitants du quartier de Nihonbashi, le collègue de l’inspecteur Kaga ; Mineko Mitsui, la victime ; Takiro, agent d’assurances, suspect ;

Série = inspecteur Kaga

Place dans la série = 8ème enquête

Résumé = l’inspecteur Kaga vient d’être transféré dans le quartier de Nihonbashi – il a une bonne réputation mais son collègue et supérieur n’est guère impressionné par ce personnage qui ne s’habille pas comme un inspecteur complet/veston – en fait son allure décontractée est faite pour mettre les personnes interrogées à l’aise –

Une femme a été retrouvée étranglée, aussi bien des personnages du quartier sont d’éventuels suspects – petit à petit tout va se regrouper, permettant de découvrir l’assassin

Avis personnel = très positif – j’avais déjà lu « le suspect X » de cet auteur mais ici c’est d’autant plus plaisant qu’il n’y a guère de crime sanglant, mais plutôt des interrogatoires dans un quartier qui rappelle l’ancien Tokyo –

C’est un récit, bien que polar, tout en délicatesse et cet enquêteur assez peu conventionnel est plaisant à découvrir - je regrette d'ailleurs que seulement 3 des 9 polars aient été traduits

Sous forme de multiples tableaux (liste ci-après) les lecteurs partagent la vie du quartier –
1 la fille du magasin de biscuits – 2 l’apprenti du restaurant traditionnel – 3 la jeune femme de la boutique à vaisselle – 4 le chien de l’horloger – 5 l’employée de la pâtisserie – 6 l’amie de la traductrice – 7 le patron de la société de nettoyage – 8 le client du magasin d’objets artisanaux – 9 le policier de Nihonbashi

Voilà une lecture qu’il me plaît beaucoup de recommander, on passe un bon moment parmi tous ces personnages, différents, familles dysfonctionnelles aussi – ce qui me frappe aussi dans les romans japonais, c’est le temps que les hommes passent au café ou dans les boîtes de nuit après leur travail – apparemment rentrer immédiatement chez soi ne se fait pas -