6409342

Les enquêtes de Charles Lenox, gentleman detective – 3 

Noel 1866 – le dîner s’est fort bien passé, comme toujours, avec le frère de Charles Lenox, Edmund, son épouse Molly et leurs deux fils, ainsi qu’en compagnie de lady Jane Grey, désormais fiancée à Charles. Les frères Lenox à leur habitude restent après le dîner à discuter et se taquiner. Le lendemain matin est un peu plus douloureux après ces libations.

De l’autre côté de Londres, deux hommes ont été assassinés ; deux journalistes, l’un Pierce , homme intègre et puritain, l’autre l’opposé – Carruthers  est connu pour être totalement corrompu, aimant un peu trop la bonne chère et la boisson. L’un a été tué d’une balle, en venant à la porte, l’autre a été tué d’un coup de couteau dans le dos alors qu’il était assis à son bureau.
Bien que l’inspecteur en chef Exeter le prie de ne pas s’en mêler, après tout il a arrêté l’un des coupables (celui qui assassina Pierce), Lenox est intrigué par cette affaire.

Cependant, il va devoir abandonner l’intérêt qu’il porte à l’affaire car il a reçu une nouvelle qui le ravit, qui - si cela se réalise - sera la concrétisation de ses rêves de jeunesse = un membre du Parlement est décédé et son siège est libre – on vient le proposer à Charles Lenox.
Il se rend donc dans le nord, dans la petite communauté de Stirrington. Il y est bien reçu, son honnêteté lui vaut bien des sympathies, à commencer par le patron du pub « The Queen’s Arms ». 
Lenox découvre alors qu’une campagne politique n’est pas quelque chose de facile, il faut se mettre à la place des personnes que l’on représentera et les habitants de Stirrington ont quelques doutes à propos de cet aristocrate, vivant à Londres, dont le métier de détective consultant ne se mariera peut-être pas très bien avec ses constituants. Celui qui s’oppose à lui, un brasseur qui désire conserver la haute main sur la bière dans le pays, lui fait bien comprendre qu’il n’est pas à sa place.
Après une campagne rondement menée, où pratiquement toute la population lui a été acquise, Charles Lenox ne remporte pas le siège, à la grande surprise de ceux qui l’ont soutenu tout au long de la campagne, qui lui avaient appris qu’en politique il faut faire sa publicité, quitte à y aller de sa poche. Etre seulement sympathique ne suffisant pas.

Beau joueur, Charles Lenox retourne  à Londres et à l’affaire qui lui a aussi occupé l’esprit en même temps que sa campagne pour le siège au Parlement.
Le jeune aristocrate John Dallington, qu’il a accepté de former comme assistant détective, est convaincu qu’un des hommes arrêtés par Exeter, le jeune Gerald Poole, est totalement innocent.
Bien que la mère de l’autre homme arrêté le disait totalement innocent, un certain Smalls dont Poole aurait été le complice, est mort pendu dans sa cellule.

McConnell, le légiste ami de Lenox, est persuadé qu’il s’agit d’un meurtre et non d’un suicide. Lenox visite la cellule de Smalls en prison et découvre des indices sous la couchette.
Il découvre cependant la preuve que ce Smalls était coupable.
Par contre il est aussi persuadé que Poole est innocent, ou alors il aurait été manipulé, mais par qui et pourquoi ?
le père de Gerard Poole a été condamné pour trahison et pendu ; il ne faisait aucun doute qu’il fût coupable, les deux journalistes avaient témoigné contre Poole Sr, le fils aurait-il voulu venger son père ? et quel rôle a joué la gouvernante belge de Carruthers, l’un des hommes assassinés ?

Lorsque l’inspecteur en chef Exeter est abattu d’une balle dans le dos et que ses jours sont en danger, Charles Lenox commence à soupçonner à nouveau son nemesis, le richissime George Barnard, mais comment le prouver.
Ce Barnard est suffisamment habile pour tromper son monde. Après tout, il fut pendant longtemps le directeur de l’Hôtel des Monnaies, ce qui lui avait ouvert les portes des grandes maisons. Pour Lenox la richesse de Barnard est due à des détournements, ce qu’il n’a jamais pu prouver.

Comment Charles Lenox et ses collabrateurs,  à commencer par l’inspecteur Jenkins et un détective connu sous le nom de Skraggs, ainsi que le jeune Dallington qui fonce un peu trop rapidement parfois mais n’en est pas moins assez astucieux, comment pourront-ils arriver à prouver la culpabilité de George Barnard ?

Mon avis = un événement inattendu, une passionnante course poursuite, terminent cette histoire captivante de bout en bout – que ce soit la campagne pour le siège du Parlement (dont j’avais deviné le coup de théâtre)  et la chasse aux éléments afin de prouver la culpabilité de Barnard, font une fois de plus un bon roman policier historique, qui font découvrir aux lecteurs/lectrices l’origine de l’hôtel des Monnaies de Londres, mais aussi comment se joue et se gagne un siège au parlement.

Plongée pour l’instant dans deux livres-pavés, j’avais besoin de m’aérer les neurones et je me suis donc retournée vers les enquêtes de Charles Lenox – non seulement parce qu’elles sont bien conçues,  mais parce qu’il règne entre les personnages récurrents (famille Lenox et Jane Grey, l’inspecteur Jenkins et d’autres amis de Lenox)   une réelle atmosphère d’affection, amitié et gentillesse qui font chaud au cœur.

A chaque lecture, j’apprécie l’écriture anglaise de Charles Finch, mais aussi les détails historiques dont il truffe ses histoires.
Comme par exemple, le «Ye Olde Cheshire Cheese  Inn ", le pub favori de Charles Dickens, au temps où il travaillait pour l’un des journaux de Fleet Street.

A suivre pour moi, sans aucun doute. 

RoyalMint