22 juillet 2009

THE MAUL & THE PEER TREE, de P.D. James & T.A. Critchley

THE RATCLIFFE HIGHWAY MURDERS OF 1811 En 1811 l’Angleterre ne disposait pas d’un vrai corps de police, la police métropolitaine sera seulement constituée quelques dix-huit années plus tard, en 1829. Mais en 1811, la police à Londres, à l’organisation plutôt rudimentaire, était assurée par des « constables », « high constables » et des vigiles dont le système était directement hérité du Moyen-âge. Aucune méthode d’enquête à proprement parler, pas de médecine légiste, pas de réunion de preuves. Par ailleurs, les différentes «... [Lire la suite]

22 juillet 2009

UN LIEU INCERTAIN, de Fred Vargas

Le commissaire Jean-Baptiste Amandsberg est à Londres, en compagnie de Danglard, pour assister à une convention de policiers européens. Lors d’un retour vers l’hôtel, un certain Clyde-Fox arrête le superintendant  Radstock et lui dit qu’un tas de vieilles godasses se trouve devant l’entrée d’Highgate, des chaussures avec les pieds dedans ! Le superintendant n’a pas du tout envie de se rendre là-bas, c’est le lieu de l’ « Entité », là où habite le « non-mort » ; bref de légende en imagination, tout le monde redoute le... [Lire la suite]
Posté par sheherazade2000 à 13:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
22 juillet 2009

DEATH IN HYDE PARK, de Robin Paige

Edward VII qui a finalement pu succéder à sa mère la reine Victoria, va enfin pouvoir être couronné. Ce couronnement a failli ne pas voir le jour d’autant plus que la désastreuse Guerre des Boers et une appendisectomie ont mis quelques bâtons dans les roues du nouveau roi. Mais le grand jour est arrivé et ne voilà-t-il pas que c’est le moment choisi un jeune anarchiste pour se faire exploser en petits morceaux, explosion destinée en réalité au roi et à la reine d’Angleterre. Les Anglais pourtant se réjouissaient de ce couronnement,... [Lire la suite]
22 juillet 2009

OSCAR WILDE & THE CANDLELIGHT MURDERS, de Gyles Brandreth

  Attention = autre titre de ce livre en anglais = Oscar Wilde and the death of no importance A la fin de l’été 1889 Oscar Wilde, le dandy dramaturge, se rend dans le centre de Londres ; il y découvre le corps de son jeune élève et ami Billy Wood, futur acteur très prometteur. Le jeune homme a été égorgé, son corps étant entouré de bougies, comme s’il s’agissait d’un meurtre rituel. Sous le choc, Wilde au lieu de se rendre immédiatement à la police, retrouve à son club son ami écrivain Robert Sherard  en compagnie d’un... [Lire la suite]
22 juillet 2009

IN A DARK HOUSE, de Deborah Crombie

Titre français = Chambre noire 10ème enquête de l'équipe Kincaid - James Dans le quartier de Southwark à Londres, là où vécut Charles Dickens, un incendie ravage l’un des plus anciens bâtiments victoriens ; dans le lieu inhabité, les pompiers découvrent toutefois un cadavre, qui semblerait être celui d’une femme plutôt jeune, totalement dénudée. Parce que l’immeuble appartient à un membre en vue du Parlement britannique, le Superintendant Duncan Kincaid de Scotland Yard est chargé de l’enquête par ses supérieurs au grand... [Lire la suite]
Posté par sheherazade2000 à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
22 juillet 2009

AND JUSTICE THERE IS NONE, de Deborah Crombie

Titre français = Noel sanglant à Notting Hill 8ème enquête de l'équipe Kincaid - James Peu avant Noel, Dawn Arrowood, la jolie épouse du riche et célèbre antiquaire Karl Arrowood, est retrouvée baignant dans son sang devant sa maison. Les soupçons se portent sur son époux, homme jaloux, arrogant et dur tant en affaires que dans sa vie privée. Le bruit court d’ailleurs que l’origine de la fortune d’Arrowood ne serait pas due qu’aux seules antiquités mais que ce commerce servirait à blanchir l’argent de la drogue. Dawn semblait avoir... [Lire la suite]
Posté par sheherazade2000 à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

21 juillet 2009

STRANGE AFFAIR, de Peter Robinson

Alan Banks, dans un flat meublé généralement réservé aux vacanciers, se remet difficilement de l’attentat dont il fut victime (« Playing with Fire »), après qu’on ait mis le feu à son joli cottage. Il a bien failli y rester si ce n’avait été pour la présence d’esprit de son assistante, le sergent Annie Cabbot. L’inspecteur en chef a  sombré dans une dépression, dont il commence à peine à émerger ; la perte de tout ce qui fut sa vie : photos de sa famille, vidéos de ses enfants lorsqu’ils étaient petits, ses livres, ses... [Lire la suite]
19 juillet 2009

MRS. JEFFRIES IN THE NICK OF TIME, d'Emily Brightwell

Francis Humphreys a été retrouvé mort dans son bureau, alors que ses invités l’attendaient pour prendre le thé. Comme l’homme était particulièrement ponctuel, chacun s’étonnant de ce retard, on le découvre assassiné d’une balle dans la tête. Ce qui surprend l’inspecteur Witherspoon et son adjoint le sergent Barnes, appelés sur les lieux, c’est le peu de sang de ce type de blessure. Pendant que débute l’enquête, l’inspecteur et Barnes ont une désagréable surprise : le jeune constable Gates, neveu de l’inspecteur Nivens... [Lire la suite]
19 juillet 2009

MRS. JEFFRIES HOLDS THE TRUMP, d'Emily Brightwell

Alors que la domesticité de l’inspecteur Gerald Whitherspoon s’ennuie un peu de n’avoir aucun crime à se mettre sous la dent, Michael Provost est retrouvé noyé dans la Tamise. Le docteur Bosworth, agissant en qualité de légiste pour le Yard, reconnaît dans le cadavre un sien ami et dès lors est convaincu qu’il ne s’agit ni d’un suicide, ni d’un accident dû à une soirée trop arrosée. Il parvient donc à convaincre Scotland Yard qu’il y a eu crime. Voilà donc Mrs. Jeffries et sa fine équipe de détectives-amateurs bien contente puisque... [Lire la suite]
19 juillet 2009

MRS. JEFFRIES AND THE FEAST OF ST. STEPHEN, d'Emily Brightwell

L’inspecteur Witherspoon, l’étoile montante de Scotland Yard, n’est pas conscient qu’il doit ses multiples success de detection à toute sa domesticité qui s’amuse non seulement à jouer les detectives-amateurs par plaisir personnel, mais aussi parce que l’homme est tellement bon qu’ils veulent lui rendre à leur façon la sécurité qu’il leur apporte. Car dans l’Angleterre victorienne il ne fait pas bon être domestique ; ceux-ci sont traités comme des moins que rien, surtout si leurs patrons sont issus de la haute société. Or... [Lire la suite]