059d9e01176ab2f0892fe2215835bf19-1648018689

Titre français = l’Ombre d’un Mensonge

On a tous quelque chose à cacher, paraît il – Phil s’est installé dans le nord de l’Ecosse, plus exactement sur l’île de Lewis, fortement presbytérienne – il effectue pour l’un des fermiers locaux, qui ne semble guère l’apprécier des petits travaux – Phil fait un AVC, la fille du fermier en question s’occupe de lui jusqu’à son rétablissement, et aussitôt Angus (le père) estime que Phil peut retourner à ses travaux en compagnie de Brian, le petit-fils d’Angus, le fermier – Phil est totalement amnésique après cet AVC -
Millie, amoureuse en secret de Phil, va profiter de cette amnésie pour lui dire qu’ils étaient amants – un lien fort va alors les réunir, qui ne se terminera pas nécessairement après le retour de la mémoire –

Tout ce que vous avez pu lire à propos de ce film d’auteur est vrai = c’est une déclaration d’amour du réalisateur/scénariste/acteur Bouli Lanners à l’Ecosse, aux sentiments que l’on refoule par timidité – heureusement Millie, interprétée par Michelle Farley, osera avouer ce mensonge, qui amènera à une autre vérité de la part de Phil – parfois, souvent, les mensonges nous emprisonnent, mais il n’est pas toujours trop tard.

L’histoire est tendre et mélancolique à souhait, comme les paysages d’Ecosse – je n’ai pas eu le plaisir de découvrir les Hébrides, mais j’ai tout de même pu découvrir l’Ecosse grâce à une amie, et c’est un pays merveilleux –

Toutefois l’histoire ne se limite pas à Phil & Millie, il y a le neveu aussi, Brian, joué par Andrew Still, qui a i son moment d’émotion impliquant un chien, qu’en principe son grand-père n’apprécie guère, mais apprécie-t-il quelque chose ce vieux monsieur bourru … et pourtant … Angus, le grand père est interprété par cet excellent acteur britannique, Julian Glover, que j’ai souvent vu jouer dans des séries britanniques.
L’épisode avec le chien m’a touchée, car il prouve qu’avec de la compréhension et de la bonne volonté, on peut s’entendre. 
Clovis Cornillac fait  une brève apparition en Benoît, le frère de Phil, qui n’a que peu apprécié que son frère disparaisse jusqu’en Ecosse –

J’ai une tendresse particulière pour Bouli Lanners, qui est belge, qui généralement nous propose des films d’auteur parfois difficiles à apprécier, mais c’est ce qui le rend intéressant

un autre billet sur le film chez lire&merveilles (ici)

8751