34466492

avec la sortie prochaine sur la plateforme "netflix" de la mini-série adaptée de ce thriller,
j'ai eu envie de mettre en ligne ma fiche de lecture sur le roman dont la série est adaptée,
d'autant plus que la critique de la journaliste de la BBC concernant la mini-série
est assez négative, même parfois carrément sarcastique et son opinion n'est pas sans
rejoindre mon avis sur le roman (lu en juillet 2021)

Titre original = Anatomy of a scandal 

Auteur.e = Sarah Vaughan, littérature anglophone UK

Titre français = Anatomie d’un scandale 

Genre = drame judiciaire, thriller psychologique

Personnages = Kate Woodcroft, avocate du ministère public ; James Whitehouse, parlementaire ; Sophie son épouse, Olivia Lytton, victime de viol ; Ali amie de toujours de Kate ; Chris Clarke chef des relations publiques avec la presse pour le premier ministre  ;Holly étudiante à Oxford ; Tom le premier ministre et grand ami de Whitehouse

Synopsis = une jeune assistante du parlementaire Whitehouse l’accuse de viol – bien sûr l’homme nie et prétend que la jeune femme était consentante – son épouse, dûment chapitrée par le chargé des relations publiques pour le premier ministre, et convaincue de l’innocence de son mari, reste à ses côtés pendant le procès – le couple a deux enfants, et son mari est un bon père, jamais il ne mettrait sa famille face à un tel scandale – les jurés semblent plutôt convaincus par l’innocence de James Whitehouse, qui sait comment mettre les foules de son côté (il n’est pas politicien pour rien) et Kate, qui est convaincue de la culpabilité de Whitejouse et non sans raison, sait qu’elle aura des difficultés à convaincre tout le monde de sa culpabilité – ce n’est pas la première fois qu’il s’en tire avec facilité d’une situation plus que délicate – et peu à peu, le doute s’installe chez l’épouse de James 

Avis personnel = j’ai trouvé, en commençant cette lecture, que la réputation de ce livre était assez surfaite – néanmoins, vers la moitié du roman, lorsque commence le procès, l’histoire s’anime – avant cela, on oscille entre la jeunesse des protagonistes durant leurs études à Oxford, aussi bien Alison, mais étudiant dans une autre branche, que Sophie et Holly, quoique ce soit plutôt la timide Holly qui se tape tous les travaux, Sophie préférant passer de bons moments avec James, entre autres, elle traite d’ailleurs Holly avec pas mal de désinvolture -  Holly était brillante, elle fait honneur à la bourse d’études qu’elle a obtenue et pourtant elle ne reviendra pas pour une 2ème année –

Que s’est il produit pour que cette jeune femme soudain disparaisse de la surface d’Oxford ? et quel est ce secret que partagent James et son ami le premier ministre ?

Décidément, je dois le reconnaître les étudiants d’Oxford et autres universités (Cambridge etc) me courent sur le haricot – j’ai la même réaction vis-à-vis de cette bande de jeunes filles et fils à papa, très riches, prétentieux, arrogants, que l’inspecteur Lewis (dans la série du même nom) – à croire que lorsqu’on est étudiant.e dans une université prestigieuse, on peut passer son temps à boire, faire la fête, même au détriment d’autres personnes, sans que plainte ne soit portée contre eux – cela m’a fait penser à d’autres romans de ce style (Donna Tartt ou Benjamin Wood) –

Traiter d’un viol est un sujet difficile, tout comme d'ailleurs porter plainte pour harcèlement (qu'il soit psychologique ou sexuel), l’histoire m’a rappelé le procès DSK, quand on a de l’argent, du pouvoir, et de bons avocats, on arrive facilement apparemment à retourner une situation où la victime devient la coupable – comment prouver ce qui s’est passer dans un ascenseur, de plus 2 semaines après le viol ? comment arriver à faire croire que lorsqu’on a dit non, c’est vraiment NON ?

Et l’épouse, qui veut absolument croire à l’innocence de son mari, qui veut conserver l’image de ce mariage parfait aux yeux de tous, mais qui commence à se craqueler – face aux forces du pouvoir politique, les victimes ont peu de chance généralement, elles sont peu ou pas soutenues par leur entourage qui craint le scandale justement - et la manière dont les plaintes sont reçues par les policiers n'encouragent pas non plus les victimes à se prononcer -

Le roman comporte toutefois un rebondissement, mais que j'avais deviné à mille lieues