52225186

Titre français =  Huit crimes parfaits 

Boston  – Malcolm (Mal) Kershaw est le co-propriétaire d’une librairie « Old Devils bookstore », on y trouve deslivres anciens et aussi des nouvelles éditions, on vend aussi via internet et même parfois via Amazon. Malcolm s’y connaît parfaitement en polars et thrillers, c’est une passion pour lui, il a pratiquement tout lu – je dis pratiquement car a-t-on jamais tout lu ?

Quelques années auparavant, il tenait un blog pour la librairie, et le propriétaire de l’époque lui avait demandé d’établir une liste de ce qu’il considérait comme les « huit meilleurs crimes parfaits » dans les livres, même si la sagacité des enquêteurs découvraient à la fin qui était coupable.
La liste en question
The Red House Mystery – A.A. (Alan Alexander) Milne
Malice AforeThought – Anthony Berkeley Cox
The ABC Murders - Agatha Christie (lu et chroniqué)
(Double Indemnity – James M. Cain (lu, non chroniqué)
Strangers on a Train – Patricia Highsmith (idem)
The Drowner – John D.MacDonald
Deathtrap – Ira Levin (vu le film adapté de la pièce de théâtre – non chroniqué)
The Secret History – Donna Tartt (lu et chroniqué)

Retour à l’époque présente = une enquêtrice du FBI le contacte à propos de cette liste ; elle enquête sur des meurtres récents dont le modus operandi semble totalement copié de certains livres de la liste, et elle pense que celui qu’elle et Kershaw ont surnommé « Charlie » ne s’arrêtera pas là.
Et en effet, petit à petit Malcolm a l’impression d’être suivi, comme si l’assassin comptait aussi s’en prendre à lui d’une manière ou une autre.
Comment se sortir de cet imbroglio, alors que cette liste n’était finalement qu’un amusement pour lui et pour alimenter le blog.

Il est évident qu’il a réveillé quelque chose en quelqu’un et ce quelqu’un ne compte pas le lâcher.

Ce que j’en pense = voilà un livre exactement comme je les adore – un livre qui parle des livres, qui cite des titres, des écrivain.e.s, qui emmène les lecteurs sur des chemins de traverse, tout en l’intriguant par un suspense  assez subtil.
Le personnage principal, le libraire Kershaw possède une grande connaissance des thrillers et polars, il cache un secret, et il est lâche car il souhaite ne pas devoir faire face à son passé, qu’une analepse présente aux lecteurs.
Ceux-ci connaissent tout du passé de Kershaw, mais son présent devient rapidement plus intéressant. Et plus angoissant.

J’ai apprécié  les défauts et qualités des personnages – jalousie, passion, chagrin, inquiétude, une certaine veulerie, vengeance, vanité du tueur qui veut être découvert (c'est l'un des défauts des serial killers) – dans ce thriller psychologique  où nous entraîne Peter Swanson – ceci est le premier roman que je lis de cet auteur, mais ce ne sera pas le dernier car j’ai apprécié cette écriture toute en fluidité, dans un bel anglais.  Avec un bon sens du suspense et un rebondissement final que je n’avais pas du tout vu venir.

Mais par-dessus tout j’ai aimé son immense connaissance des livres et de la littérature policière, et les nombreux rappels concernant certains livres et leurs auteurs = Agatha Christie, Dorothy Sayers, James McCain, Patricia Highsmith, Ngaoi Marsh, et d’autres – ce thriller a un « défaut »  pourtant = il m’a donné envie de découvrir encore plus de romans, certains dont je connais les titres, certains que je voudrais lire. Il cite aussi des romans que j’ai lus dans le genre policier (voir la liste).
Bref je vous l’ai dit, un livre qui parle des livres = tout pour me plaire.

Le livre est un très bel hommage à la littérature policière/

Et puis, comme dans toute librairie qui se respecte, il y a un chat – nommé Nero (non pas comme l’empereur, mais comme le détective amateur d’orchidées Nero Wolfe, du moins est-ce ma conclusion personnelle, puisque nous sommes dans le domaine des polars & thrillers).

Chaudement recommandé quand on apprécie un bon suspense.

Je me permets un léger conseil (que je vais aussi suivre d'ailleurs) = vous qui avez un blog, méfiez vous des listes ! 

eight