loveday

Titre français = Meurtre en coulisses

3ème enquête de Loveday & Ryder

Un grand événement se prépare à Oxford en cet automne 1960 = les établissements Dunbar, connus pour leur marmelade, ont décidé d’organiser un concours de beauté afin de découvrir le visage de celle qui représentera leur nouveau produit = le miel Dunbar.
La candidate choisie figurera dans toutes les publicités concernant le miel (qui au dire de certains n’est pas si exceptionnel et a donc bien  besoin d’un petit coup de pouce publicitaire).
L’annonce dans la presse locale ayant amené quelques jolies filles d’Oxford à participer, après éliminatoires, il ne reste que les  participantes triées sur le volet.

Hélas, le concours va être entaché d’un meurtre = celui de celle qui aurait eu le plus de chance de gagner, une jolie fille du nom d’Abigail (Abby pour les ami.e.s). Abby a été empoisonnée par une décoction de baies d’if ajoutée à un jus d’orange,  un poison létal s’il en fût.
La police a conclu à un suicide ou un accident.
Une amie d’enfance de Trudy Loveday, Grace Farley, travaillant dans les ets Dunbar, contacte ms. Loveday car pour elle, il n’est pas possible que ce soit un suicide ou un accident. Pourquoi d’ailleurs ce serait-elle suicidée ? on parle de sautes d’humeur dépressive, mais quelle personne n’a jamais eu des changements d’humeur.
Or comme Abby était pratiquement certaine de gagner,  elle avait encore moins de raison de se suicider.
La jeune policière se rend chez le dr. Clement Ryder avec ces éléments et il accepte de laisser l’enquête préliminaire « sans résultat », ce qui exige une enquête supplémentaire.

Comme elle l’espérait, il parvient à lui faire suivre cette enquête « du dedans », en participante.
L’inspecteur en chef Jennings en avale son bulletin de naissance, déjà il ne supporte pas cette jeune policière « à l’essai » - il insiste bien là-dessus pour flanquer la frousse à la jeune femme – mais que le dr Ryder parvienne à chaque fois contourner sa décision de la garder en dehors d’une enquête, ça ! ça le rend vraiment malade.

Voilà donc Trudy "incognito", introduite parmi les participantes  - devoir défiler n’est déjà pas facile, mais lorsqu’elle sait qu’elle va devoir « se pavaner » en maillot de bain devant les jurés, tous masculins sauf une vieille dame très sympathique, cela met Loveday vraiment mal à l’aise. Heureusement que ses parents ne la voient pas !
Ce qui la met aussi un peu mal à l’aise, est l’impression que son amie Grace lui cache quelque chose, mais comme elle évite le sujet à chaque fois que Loveday la questionne, difficile d’obtenir une réponse claire.

En dehors du meurtre d’Abby, le concours de beauté fait l’objet de multiples blagues de très mauvais goût à l’égard des participantes = colle dans le shampoing, produit provoquant des allergies dans le maquillage, lettres de menace, anonymes bien sûr, etc. Bref de quoi en décourager plus d’une.

Parmi les participantes, il y a des jeunes filles aux caractères très différents ; il y a la « bonne copine », celle qui est là pour s’amuser ; il y a la jolie fille qui a découvert parmi les jurés un veuf sur lequel elle a des vues ; et puis il y a évidemment celle qui a décidé de gagner coûte que coûte, n’hésitant pas à un certain chantage.
Il est vrai que l’élue sera non seulement « Miss Oxford Honey », mais pourra prétendre à participer à Miss Oxford, puis qui sait à Miss U.K. jusqu’à Miss Monde ….

Lorsqu’un second meurtre est commis, Trudy Loveday et Clement Ryder se disent qu’il est temps que la police intervienne.

Ce que j’en pense = beaucoup de bien - ayant eu deux déceptions de lectures coup sur coup, je me suis précipitée sur cette 3ème enquête de l’un de mes binômes préférés d’enquêteurs, sachant que j’encourrais peu ou prou de déception, et j’ai eu bien raison car c’était une enquête  sympathique –
Dont j’avais bien rapidement découvert la personne coupable et une partie de ses motivations, ce qui ne pas nullement empêchée de poursuivre ma lecture, après tout il me fallait tout de même vérifier ma théorie.

L’histoire nous fait pénétrer dans les coulisses d'un concours de beauté, niveau très provincial et pas vraiment prestigieux, mais pour les participantes, il suffit de croire au père noel.
Dans l’ombre, on suit les raisonnements de la personne coupable, c’est d’ailleurs grâce à cela que les lecteurs devraient pouvoir découvrir ce coupable aussi rapidement que moi.

Tous les personnages sont sympathiques, enfin presque tous les personnages, car le couple Dunbar n’est pas exactement composé de deux personnes « bien sous tous les rapports », l’amie de Loveday en sait quelque chose.
Harcèlement, chantage, mesquineries, lettres anonymes, laxatif dans des chocolats, et autres plaisanteries formant la trame d’un bon polar sont bien présent.e.s.

Lecture recommandée pour passer un bon moment de détente, car il y a  assez bien d'humour malgré le fond dramatique.

Un conseil d’amie-complice en lectures = au cas où l’un.e ou l’autre d’entre vous songerait à commettre un meurtre, souvenez-vous de ne jamais dire aux enquêteurs = « vous ne pouvez rien prouver ! »
Cela vous met immédiatement non seulement en tête de  liste des suspects, mais ce sera pour eux la preuve que vous êtes le ou la coupable. (bon je dis ça je dis rien, vous faites comme vous le voulez, il y va de votre tête après tout =^-^=)

Anecdote personnelle = j’ai toujours eu très envie de retourner à Oxford, cela n’a pas pu se faire il y a 2 ans lors de mon court séjour londonien et, ma foi, à présent avec le brexit, je ne pense plus guère me rendre en Albion – ce n’est pas plus mal finalement car quand on songe à tous les lieux, sans exception,  des îles britanniques qui sont le terrain de jeu des assassins en tous genres, je suis moins en danger dans mon fauteuil, à lire des polars.

Comment intégrer l'Université d'Oxford ? Avez VOUS ce qu'il faut ? | Blog Erasmus OX