faith martin

Titre français = Un pique-nique presque parfait

2ème enquête de Loveday & Ryder

Oxford Eté 1960 – c’était vraiment une belle journée de fin d’année d’études – examens terminés ou presque, bref une journée idéale pour un pique-nique. Une bande de copains, tous et toutes faisant partie du cercle « privé » de lord Littlejohn, s’installent joyeusement au bord du canal – un peu trop joyeusement et bruyamment au goût des deux pêcheurs installés là dès le matin. Ceux-ci s’en vont, laissant la place aux fêtards, qui arrivent entre autre en barques à fond plat, sur lesquels il y a un peu trop d’embarqués, mais allez donc dire ça à des jeunes déjà en état d’ébriété et ayant bien l’intention de poursuivre !
Pourtant la fête va tourner court = un corps flotte parmi ceux qui se baignent, rappliquant rapidement sur la berge, où quelqu’un les observe avec mépris. On sort le corps de l’eau, il s’agit d’un « ami », quoiqu’il n’appartenait pas à la même classe sociale que tous ces jeunes aristocrates ou autres jeunes gens de très bonnes familles.
Le nom du corps = Derek Chadworth,  aux dires de tous un charmant jeune homme, un bon copain, « pas vraiment de notre monde, mais ça pouvait aller ».

Pour tout le monde, cette noyade est accidentelle ; toutefois une enquête est ouverte pour confirmer l’accident.
Malheureusement pour  le « Marquis Club » (le nom du groupe très choisi du jeune lord, copié sur les célèbres « Hellfire clubs »  du 18ème siècle), l’enquête préliminaire menée par le légiste et coroner Clement Ryder ne se clôture pas sur un non-lieu, trop de points restant sans réponse.
On le sait, Mr Ryder est très pointilleux et l’attitude des jeunes garçons et filles du club le laisse perplexe.

Inutile de dire que ça agace profondément l’inspecteur Jennings, mais il est obligé – une fois de plus – de prêter la jeune policière (détective à l’essai) Trudy Loveday à Ryder qui l’apprécie énormément.
Contrairement d’ailleurs à Jennings et tout son département qui sont opposés aux femmes dans la police. Seulement voilà, Ryder a eu la « malice » de parler au commissaire en chef, supérieur du supérieur, et comment voulez-vous aller à l’encontre des chefs ? Loveday est donc autorisée à aider Ryder, à condition de rapporter quotidiennement ce qui s’est dit et produit.
Elle reçoit même l’autorisation « d’enquêter » en vêtements civils, afin d’interroger les étudiants dans leurs pubs préférés.

Bien vite l’enquête de notre sympathique duo va prouver que finalement Chadworth n’était peut-être pas le « si gentil jeune homme » que tout le monde décrivait. Il ne fait finalement aucun doute qu’il ait été assassiné.
Qui dans le « Marquis Club » ? lord Littlejohn qui se comporte comme le débauché qu’il est ? Son attitude vis-à-vis de Trudy Loveday est particulièrement méprisante, mais il n’a pas plus de respect pour sir Clement Ryder.

Où faut-il chercher le coupable ? d’autant plus qu’une partie de la clique est pressée de retourner dans leurs familles afin d’échapper à l’enquête.
Nos 2 enquêteurs vont devoir hâter le mouvement.

Ce que j’en pense = autant de bien que lors de ma découverte de cet insolite duo d’enquêteurs. La jeune policière qui est à l’essai pour un an, jusqu’à ce qu’elle atteigne 21 ans, et elle n’a donc pas intérêt à se tromper, son supérieur l’attend au tournant.
Quant à sir Clement Ryder, conscient que la maladie dont il est atteint progresse, il essaie encore et toujours de cacher son état, mais cela devient parfois compliqué.

Cette enquête les mène dans les lieux très privilégiés de l’université d’Oxford, où les gens « simples » sont totalement méprisés. La lutte des classes a encore quelques beaux jours devant elle, tout comme d’ailleurs les relations hommes/femmes au sein de la police. La jeune policière est sans arrêt rappelée par son supérieur au fait qu’elle n’est qu’à l’essai, et qu’il ne faudrait qu’un rapport négatif de sa part pour que c’en soit fini pour elle.
Et il n’hésite pas à la menacer régulièrement – le harcèlement n’est pas toujours physique, il peut aussi être moral et c’est d’autant plus difficile à prouver.

Ici aussi, la jeune femme va découvrir qu’il y a des gens qui sont « intouchables », que leurs relations sont plus importantes que la vérité et que la police se montre facilement complice de ce que souhaite l’aristocratie ou ceux qui sont « bien nés ».

Bref j’ai beaucoup apprécié cette nouvelle enquête qui est un excellent divertissement, ce dont j’ai bien besoin en ce moment.
A lire sans hésiter, pour passer un agréable moment de détente – de plus c’est traduit =^-^=

punting1-1140x755