51Ipb-yqqsL

Petit condensé de la « vraie histoire » - rappelez-vous = en 1785, un scandale éclabousse la reine Marie-Antoinette, dont la réputation était déjà particulièrement mise à mal par la population française. C’est le cardinal de Rohan qui est la grande victime de cette escroquerie. Au départ le collier était une commande de Louis XV destiné à sa maîtresse, la du Barry, toutefois cette magnifique pièce de joaillerie est faite de diamants d’une pureté exceptionnelle. Louis XV mourut avant la livraison.   Jeanne de la Motte, qui se prétend une descendante des Valois, est une jeune intrigante qui veut absolument être introduite à la cour. Par le biais de fausses lettres, brillamment exécutées par un maître faussaire,  amant de Jeanne,  ils finissent pas appâter le cardinal qui est amoureux de la reine et ne sait comment lui plaire, d’autant plus qu’elle le méprise. Avec une jeune comédienne qui offre une lointaine ressemblance avec Marie-Antoinette, les escrocs arrivent à tromper Rohan et il s’endette pour acheter le collier.  Le roi sera prévenu de l’escroquerie, fera arrêter le cardinal et Jeanne de la Motte. Le cardinal sera reconnu innocent et la soi-disant comtesse sera marquée au fer rouge du V de voleuse. Bien que la reine ait été totalement étrangère à cette affaire, c’est elle qui sera la plus éclaboussée par ce scandale, tout le monde lui étant hostile, cela  jouera un rôle dans la révolution ; étant très dépensière, la reine avait déjà pas mal entamé les finances du royaume, ce qui évidemment jouera en sa défaveur. Quant au collier, il semblerait que l’on n’en ai jamais retrouvé la trace.

 RELECTURE

Passons à présent à cet excellent thriller issu de la plume d’Edgar P. Jacobs – un roman graphique (ou une bédé si vous êtes moins nouvelles définitions que moi =^-^= - pour rappel = une bédé est une bande dessinée, par nécessairement une histoire complète comme ici)

10ème album de la série « Blake & Mortimer » - thriller sans science-fiction ni anticipation ni espionnage

Paris, début des années 1960 - Sir Williamson, un britannique, a découvert le célèbre collier dit de la reine Marie-Antoinette, perdu depuis 178 années. D’après les journaux, il aurait l’intention de l’offrir à la reine d’Angleterre, ce qui cause un joli scandale parmi la population française, ce dont se régalent les scribouillards – tout pour vendre leur feuille de chou.

Blake & Mortimer sont à Paris pour se rendre au palais de justice afin d’y être confronté à cette canaille d’Olrik ; ils reçoivent une invitation personnelle de se rendre à la soirée que donnera  Sir Williamson pour la présentation du collier rétabli dans son état original par le joaillier Duranton-Claret. Parmi le personnel engagé pour servir les cocktails, les lecteurs ont rapidement repéré l’infâme Sharkey, bras droit d’Olrik. Cela n'augure rien de bon. La preuve = à peine arrivés, le commissaire Pradier informe nos amis qu’Olrik s’est évadé.

Ce dernier va envoyer des messages à Blake & Mortimer, enveloppés dans une pierre qu’il envoie dans les fenêtres de leur chambre d’hôtel. Il va voler le collier et les met au défi de les retrouver lui et le collier. 
Commence alors une chasse à l’homme dans Paris, où certaines personnes ne sont pas ce qu’elles semblent être. La chasse à l’homme et au trésor va envoyer les enquêteurs et nos amis à travers tout Paris, jusque dans les catacombes et un ancien poste de la résistance, devenu le repaire des bandits.

Ce que j’en pense = j’ai bien aimé relire ce roman policier dessiné, dans un Paris très années 1950-60, avec les vieilles voitures comme des Simca, Peugeot 404, Citroën DS – de plus le car de police est encore un fourgon Citroën également. Les policiers portent encore le képi et les ouvriers ont le béret sur la tête. les dames ont des gants et un sac à main au bras, et lors de la soirée chez Sir Williamson, elles ont des robes de cocktail très Christian Dior. Délicieusement rétro. Et tout cela est très joliment dessiné.

Les catacombes ainsi que le sous-sol parisien, comportant beaucoup de galeries rendant le sol souvent dangereux sont intéressant.e.s à découvrir – je n’ai jamais visité les catacombes lorsque j’étais à Paris, et je n’ai pas vraiment l’envie de le faire, il paraît qu’on s’y perd facilement, et bien que ce soit un lieu où l’on ensevelissait les corps, je préfère qu’on n’y retrouve pas mon squelette.

Le commissaire Pradier ressemble à s’y méprendre à Jean Gabin, cigarette aux lèvres, caractère assez bougon, mais il a des raisons le pauvre homme, tout le monde lui tombe sur la bosse, car évidemment à peine ses hommes et lui ont-ils repéré Olrik que ce dernier leur joue un tour à sa façon. 
J’ai bien ri à la séquence où Blake & Mortimer reçoivent un caillou avec message autour, jeté à travers la fenêtre de leur chambre d’hôtel – on est loin de la mode des textos avec téléphone soi-disant intelligent – le pavé dans la fenêtre, ça fait cher le message !

Il y a une  surprise en cours de lecture, que je ne vous dévoilerai pas, c’est un rebondissement que j’avais deviné, mais soit !

Un album à découvrir si vous ne le connaissez pas; 

Collier_de_la_Reine