41SkX+obb9L

Titre original allemand = Bretonische Brandung, Kommissar Dupins zweiter Fall

2ème enquête du commissaire Georges Dupin

Les îles Glenan, au large de la pointe du Finistère – en ce matin de mai, le commissaire Dupin a à peine le temps d’avaler son café, qu’on l’appelle pour une enquête = 3 corps sont retrouvés échoués sur la plage de l’une des îles ; Dupin n’aime guère naviguer, mais nécessité fait loi, il faut bien qu’il accepte de prendre la navette des gendarmes pour se rendre sur place.

Bien vite, on identifie  2 des cadavres = Lefort et Konan, des hommes très connus des lieux – Lucas Lefort gérait l’école de voile des Glénans en compagnie de sa sœur Muriel. Il s’avère aussi que c’est un ami du préfet, qui exige des résultats rapides. L’autre homme est un associé de Lefort, un certain Konan, pas plus sympathique que son copain. Les deux hommes étaient partis naviguer sur le bateau de Lefort malgré la tempête qui menaçait. Finalement on arrive à identifier le 3ème homme, il s’agit d’un certain Pajot, homme d’affaires.

A l’autopsie, on découvre que les 3 hommes ont absorbés un médicament en même temps que l’alcool qu’ils avaient largement consommé à l’auberge des Quatre-Vents tenue par la sympathique veuve Solenn Nuz et ses deux filles.
Il s’agit donc d’un triple meurtre et non de noyages accidentelles dues à la tempête ; les navigateurs ayant absorbé le cocktail mortel ne pouvaient plus avoir aucune perception de ce qu’il y avait lieu de faire durant la tempête.
Cela ne fait aucun doute que c’est au cours de leur repas aux Quatre-Vents que les hommes ont avalé les somnifères ; qui a bien pu verser les médicaments dans leur vin ou les mélanger dans leur nourriture ?
En principe, les soupçons devraient se porter sur Solenn Nuz et / ou l’une de ses filles, mais quel motif auraient-elles eu ?

Bien vite l’enquête révèle que les 3 hommes n’étaient pas bien vus dans la région, Lefort surtout avait l’intention de transformer l’île en site touristico-sportif, avec hôtel, piscine, tennis, etc. Bref de quoi démolir tout l’écosystème de ce magnifique archipel dans l’Atlantique.
L’ancien maire  de Fouesnant (dont dépendent les Glénan) s’était violemment opposé au projet, mais le maire actuel était plus facile à convaincre, espèces sonnantes et trébuchantes à l’appui.

A ce propos, il ne faut pas non plus exclure des suspects les personnes intéressées par les épaves sur fonds marins, qui recèlent peut-être des trésors.
Ensuite, c'est le docteur Menn, une bonne connaissance de Lefort, qu'il a soigné à diverses reprises, qui disparaît.

Le commissaire Dupin ne va pas ménager ses allers et venues entre le continent et les îles afin de découvrir des indices, interrogeant tous ceux qui ont connu les victimes, trois jours de courreries, d’énervement, d’éléments naturels qui mettront aussi une tempête dans les roues des enquêteurs. En n’oubliant pas de se doper au café, selon son habitude (pas étonnant qu’il soit hyperactif le commissaire). Pour couronner les tout, il est « harcelé » au téléphone non seulement par le préfet, mais aussi par sa mère qui a décidé de venir lui rendre visite.
Elle n’est pas facile la vie d’un commissaire qui n’aime pas naviguer. 

Anecdote = je n'ai pas fait de faute d'orthographe => les glénan, lorsqu'il s'agit des îles ne prend pas de "s", par contre l'école de voile des glénans a bien un "s" dans le nom; 

Mon avis = mitigé – plutôt positif par  sentimentalisme pour la Bretagne et les Glénan, mais une  déception au niveau de l’intrigue. De belles descriptions des paysages des îles, des ciels et intempéries, un intéressante étude des caractères bretons, mais cela ne m'a pas réellement suffit.

L'enquête s'étale sur 3 jours, mais pendant 2 jours cela se tire en longueur avec beaucoup de suspects, pour finalement se précipiter le 3ème jour comme si l'auteur ne savait pas trop comment finir son roman.

Quant au commissaire Dupin, il est fidèle à lui-même, à savoir qu’il ne répond jamais au téléphone, surtout si c’est le préfet – il ne répond que vaguement aux questions de ses collègues par rapport à l’enquête – la seule à qui il daigne répondre est sa brillante secrétaire, Nolwenn, qui a réponse à tout et connaît l’histoire de la Bretagne sur le bout des doigts.

Georges Dupin est hyper-actif, il est même fatiguant à suivre pour les lecteurs tant il court de gauche à droite.

carte-iles-glenan