41hs4cQmryL

2ème enquête d’Hugo Marston

Paris, en été – deux jeunes touristes sont retrouvés morts au petit matin, près de la tombe du chanteur des Doors, Jim Morrison, dans le cimetière du Père Lachaise. L’un des deux, le jeune homme, est le fils d’un sénateur américain.
De ce fait, l’enquête est de l’ordre de l’ambassade des Etats-Unis, en collaboration avec la police française. L’ambassadeur demande à Hugo Marston de s’en charger, ce qui lui donne le plaisir de retrouver le capitaine Garcia.

Le père du jeune homme assassiné arrive des USA pour récupérer le corps de son fils et comme la jeune femme d’origine égyptienne qui l’accompagnait était en possession d’un faux passeport, le sénateur existe que la piste du terrorisme soit approchée, les recherches ayant prouvé qu’elle était, en réalité,  originaire du Pakistan, où l’on ne cache pas que les USA sont l’ennemi à abattre.  
Or comme le fils du sénateur allait être engagé pour un stage dans l’ambassade, avec la paranoïa qui les habite, le sénateur américain est convaincu qu’elle tentait d’infiltrer l’ambassade et préparer un acte terroriste.

Compte tenu de ce qu’il a découvert dans le rapport de police sur les deux corps, Marston ne croit pas à la piste du terrorisme, il est convaincu que les jeunes gens se sont trouvés au mauvais endroit au mauvais moment, car en fait c’est la tombe de la danseuse Jane Avril – célèbre danseuse au Moulin Rouge et amie de Toulouse-Lautrec – qui a été profanée et des os de la danseuse ont été emportés.

Hugo Marston qui était profileur pour le FBI avant de devenir chef de la sécurité à l’ambassade américaine, voit dans ces actes quelque chose de très personnel de la part du tueur et l’avenir va lui donner raison même si le sénateur obtient gain de cause. On retire l’enquête à Marston, sauf que l’ambassadeur lui permet de poursuivre la piste personnelle,  c’est son ami Tom Green qui devient son supérieur dans cette poursuite d’enquête.

La prochaine tombe profanée est celle de La Goulue, elle aussi danseuse célèbre au Moulin Rouge et amie de Toulouse-Lautrec. Comme les crimes sont commis les soirs de nouvelles lunes – lorsqu’il fait particulièrement sombre – Marston se doute qu’il a à faire à quelqu’un de très méthodique et organisé.
Mais comment donc a-t-il accès au cimetière qui est fermé la nuit ?

Son amie journaliste, Claudia Roux, va l’aider par des recherches mais aussi des articles pour tenter de faire sortir le tueur de sa cachette. Cependant comme le pense Marston, l’homme est intelligent et ne se laisse pas aussi facilement appâter.

La chasse à l’homme va devenir d’autant plus personnelle qu’au cours d’une veille pour capturer le tueur Tom Green est gravement blessé. Ce souci s’ajoute à celui que Marston avait déjà à propos de l’alcoolisme de son ami;

Mon avis = positif – bien que cette enquête-ci soit nettement plus sombre que la première – il y a toujours des échanges d’humour entre Marston et Green, sauf que ce dernier inquiète fort son ami de toujours vu l’alcool qu’il absorbe.
La relation entre Marston et la journaliste a pris un tour plus amical que amoureux, elle reste toutefois une collaboratrice précieuse dans l’enquête. On retrouve aussi le capitaine Garcia qui ne regarde pas Marston d’un œil amène vu que son mari avait été sérieusement blessé dans l’enquête précédente.

L’enquête sur les tombes saccagées mène à un tueur en série d’un style particulier puisqu’il semble qu’il s’agisse d’un collectionneur d’ossements.
C’était particulièrement angoissant, surtout lorsque le tueur ne se limite plus à la collection des os dont il a besoin, mais aussi de jeunes femmes possédant un tatouage. J’en ai eu fameusement la chair de poule vu qu’entre les chapitres de l’action des enquêteurs, on suit le tueur à la recherche de ce qu’il collectionne et c’était inquiétant.

J'ai trouvé intéressant (pour moi) de lire les avancées particulièrement sophistiquées en matière de médecine légale, avec des laboratoires et une morgue parisienne impeccables, en comparaison avec le livre précédent, où le bateau-morgue sur le Rhône est un véritable cloaque, comme ledit Rhone d'ailleurs où tout un chacun jette ses déchets et pire encore.

Bien que j’aie apprécié ce polar-ci, j’avoue avoir préféré le premier volume de la série, probablement parce qu’il y avait plus d’humour.

Tombe_de_Jim_Morrison_-_Père_Lachaise

avril