414XrAwFAAL

Titre original espagnol = Lagrimas en la lluvia

22ème siècle – les Etats Unis de la Terre tentent de faire vivre en bonne intelligence les réplicants ou techno-humains, à la vie limitée dans le temps, et les humains qui les avaient tout d’abord créés pour être leurs esclaves, puis petit à petit on avait donné des « mémoires » à ces répliquants, qui ont du coup l’impression de vivre « normalement » ou presque.
Bruna Husky est l’un de ces réplicants – elle est une réplicante de combat, elle est détective privé et, plutôt souvent en ce moment, lui vient le décompte des années qui lui restent à vivre ; souvent aussi lui revient le souvenir de l’homme qu’elle a aimé et qui étant arrivé à son TTT (temps de terminaison) a tellement souffert qu’elle redoute le moment pour elle.

Pour l’instant, elle a toutefois d’autres préoccupations = sa voisine, une réplicante aussi, entre dans son appartement en hurlant « tuer Bruna Husky », cette dernière a toutes les peines du monde à calmer la rep qui s’arrache un œil – Husky la fait conduire à l’hôpital, mais pour sa voisine, il est déjà trop tard.
Bruna Husky est alors approchée par Myriam Chi, chef du mouvement radical replicant, qui lui confirme que sa voisine n’était pas la seule – d’autres techno-humains ont aussi un tel comportement, des crises de folie meurtrière, mettant la vie d’humains en danger. Chi confie l’enquête à Husky, mais peu après, elle est aussi victime d’une espèce de foliE meurtrière, se fait exploser au milieu d’humains.
L’inspecteur de police Lizard à son tour contacte Husky pour apprendre ce qu’elle sait. La rep est quelqu’un qui travaille seule, elle ne porte pas vraiment la police dans son cœur.

L’amante et seconde en charge de Myriam Chi s’attaque aussi à Bruna Husky, heureusement celui qui leur succède temporairement souhaite que la détective poursuive cette enquête dangereuse.
Bonne copine avec le légiste, la rep apprend que les mémoires des victimes cum assassins ont été altérées pour faire sombrer les replicants dans des délires paranoïaques. 

Il apparait de plus en plus évident que quelqu’un (mais qui ?) veut semer la haine entre humains et techno-humais – surtout le chef du mouvement suprématiste, Hericio, qui n’hésite pas à lancer des appels à la haine raciale sur tous les écrans de télévision qui jalonnent la ville.
Et sa campagne semble réussir car désormais les replicants se cachant, les humains en ont peur.

Ce qui semble aussi surprenant est que, parallèlement à cette campagne de haine, les archives ont été manipulées – Yiannis, le vieil ami d’Husky, qui partage des informations importantes avec elle, est très mal à l’aise lorsqu’il réalise ces manipulations.   
Oui il y a complot et un complot d’une envergure mondiale, qui risque de déboucher une fois encore sur une guerre.
Inutile de confirmer que plus elle tente de s’approcher de la vérité, plus la vie de Bruna Husky est en danger, elle va même être carrément dans l’œil du cyclone.

Mon avis = un grand clin d'oeil à "Blade Runner" et un bel hommage aussi à ce film adapté d'une nouvelle de Philip K. Dick, le titre d’ailleurs prend sa source dans la phrase que prononce le chef des réplicants renégats avant de mourir =

« J’ai vu tant de choses, que vous humains ne pourriez pas croire…. Tous ces moments de perdront dans l’oubli comme des larmes sous la pluie ».

Pour moi, le livre de Rosa Montero est aussi une très belle histoire de compréhension de l'autre, d'acceptation de la différence, sur la durée de vie et l'angoisse qu'elle provoque - une histoire qui n'aurait pu être qu'un simple récit de sci-fi mais qui finalement va bien au-delà si on lit entre les lignes.

J’ai bien aimé le personnage de la détective rep, solitaire et pourtant à la recherche d’une amitié sincère – Bruna Husky, que son « psy » a surnommé « l’ourse », un animal qui envers et contre tout vit seul, y puise sa force.
J'espère que les lecteurs auront le plaisir de découvrir une autre enquête de cette détective rep un jour prochain (avant le 22ème siècle si possible =^-^=)

Située dans un futur éloigné (22ème siècle), mais est ce si éloigné que cela puisque tout est déjà connecté – l’image que les auteurs de sci-fi ont de l’avenir est assez inquiétante – voir la philosophie de « 1984 » qui était de l’anticipation lors de son écriture et qui est tellement présente désormais.

Il y a des moments d’humour, un peu noir parfois, mais aussi beaucoup d’émotion. Une lecture que je recommande, même si l’on n’apprécie pas la sci-fi.

le billet de maggie qui m'a donné envie de lire ce livre ici

cette reproduction d'un tableau de vermeer se trouve dans l'appartement de bruna husky
qui aime à le regarder pour calmer ses angoisses

DublinVermeer