36345913

Publié précédemment sous le titre « A NARROW ESCAPE »

1ère enquête d’Hillary Greene de la Thames Valley Police 

L’inspectrice  Hillary Greene, appréciée pour son talent professionnel, a néanmoins des soucis en raison de son ex-mari qui était un ripoux qui aurait mis un bon paquet de livres sterling dans des comptes de paradis fiscaux. Ou alors, il les aurait donnés à Hillary parce que le divorce serait un écran de fumée.
Inutile de dire que les Yorkie Bars, les flics qui enquêtent sur d’autres flics, sont très impopulaires à la Thames Valley Police car tous les collègues de l’inspectrice l’apprécient sauf l’agent Frank Ross qui était d’ailleurs un complice de son ex-mari. Lui aussi est sous la loupe des enquêteurs mais le sournois parvient à échapper à leur vigilance. il a une spécialité = il écoute toutes les conversations de Ms. Greene et va cafter auprès du chef.

Afin de changer les idées de l’inspectrice Greene mais aussi pour prouver que le département lui conserve sa confiance, le superintendent lui confie l’enquête sur un individu trouvé mort, flottant dans l’Oxford Canal, à côté d’une écluse.
L’enquête prouve que David Pitman alias « the Pits », surnom dû à son visage parsemé de trous dus à la varicelle, ou à de l’acné, est en réalité un membre d’un gang criminel bien connu pour trafics de drogue et autres plaisanteries de ce genre ; du coup, le supérieur direct de Ms. Greene, l’inspecteur en chef Phillips devient le principal inspecteur de l’enquête car il est sur les traces de ce gang depuis un certain temps.
Et puis, cela permet aux supérieurs de  l’inspectrice Greene de dire, d’un air innocent, qu’elle n’est pas disponible pour l’enquête des bœufs-carottes, car elle a du travail à accomplir pour eux.

Donc, à Hillary et son équipe tout le travail et au chef tous les lauriers … Et des lauriers il y en aura car Ms. Greene et son équipe vont aider à mettre la main sur un « narrowboat » rempli de drogue.

Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, l’inspectrice poursuit ce qui est « son » enquête = résoudre le meurtre de Pitman, connu aussi par les services de police pour des cas de viols.

Mon avis = vraiment positif – une nouvelle série qui semble prometteuse, une nouvelle anti-héroïne, excellente inspectrice, pas mal du tout de sa personne, qui a quelques petits soucis pondéraux (si elle buvait  un peu moins d’alcool et se nourrissait mieux, elle ne les aurait pas), avec un passé difficile dont elle n’est nullement responsable mais qui l’a amenée dans le collimateur des « Yorkie bars », l’équivalent des « bœufs-carottes ».   
Cette enquête à cause de sa pourriture d’ex-mari (mort entretemps) l’empêche d’être totalement détendue. Et ce n’est pas parce qu’il a gardé un polar qu’elle lui avait offert (que lui a rendu son beau-fils) qu’elle pense qu’il éprouvait encore quelque chose pour elle – le mec était un sérial coureur de jupons, totalement égocentré.

Elle a une intéressante équipe = une sergente ambitieuse, aussi intelligente que ravissante et un agent-assistant qui espère passer sergent un jour et qui admire l’inspectrice sans limites.
Un supérieur qui lorgne sur la jolie sergente, ne fait pas que lorgner d’ailleurs (ce n'est pas du harcèlement car elle est totalement d'accord).

Etant une grande fan de l’inspecteur en chef Morse, imaginé par Colin Dexter, j’avais déjà quelques souvenirs de la Thames Valley Police et d’Oxford en général, j’ai d’ailleurs beaucoup pensé aux polars de Colin Dexter au cours de cette enquête  -  ici on découvre les environs d’Oxford, toujours dans l’Oxfordshire de toute façon – j’ai également appris ce qu’étaient les « narrowboats » =

D’étroites péniches, sur lesquelles on peut vivre, adaptées aux canaux étroits et au passage des écluses, elles doivent leur nom au fait que leur largeur est ne dépasse pas  2 mètres et quelques.  
Les versions actuelles ne dépassent plus 2 mètres 08 (j’imagine que dans ce contexte 8 cm font une grande différence =^-^=)

Dans les siècles passés (18ème, 19ème, 20ème) elles servaient encore au transport de marchandises.
Actuellement les marchandises sont d’un autre ordre, ce sont surtout les touristes qui sont intéressés à les louer pour leurs vacances – on les surnomme aussi « houseboats » - contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces locations sont fort coûteuses car à la mode et avec tous les aménagements modernes.
Camping amélioré pour ainsi dire.
Il y a cependant encore les résidents permanents, qui apprécient ce mode de vie, leur permettant de se rendre d’un endroit à l’autre de l’Angleterre ou rester le long des berges, près d’une petite ville où faire des courses.

Hillary Greene réside sur un « narrowboat », pendant que les avocats de son divorce (et à présent de son héritage puisque la voilà devenue veuve), elle n’a pas eu d’autre choix que s’installer sur la péniche de son oncle – ceci est la raison pour laquelle toute la série portait le mot « narrow » dans les titres.
Depuis leur réimpression dans une nouvelle maison d’éditions, celle-ci porte des nouveaux titres comportant le mot « murder ». Personnellement, j’avoue ne pas avoir compris le besoin de changer des titres parfaitement adéquats aux intrigues – peut-être pour des raisons de droits d’auteur ?

Finalement, le plus important est la réédition de la série qui comporte 17 titres et qui est divertissante.

C’est écrit dans un bel anglais, facile à comprendre, les chapitres sont courts, l’intrigue passionnante et le ton de l’ensemble est caustique, parfois même légèrement sarcastique.
Un régal ! incontestableent à suivre.

J’ai découvert la série grâce à cécile-cecile’sblog - ici

Bugsworth_058069