16173766

Titre original japonais = Yogisha X no Kenshin

Titre anglais = the Devotion of Suspect X

Une enquête du Détective Galileo (et de l'inspecteur Kusanagi)

Tetsuya Ishigami est un brillant mathématicien, que le dévouement à ses parents n’a pas permis une carrière de professeur universitaire. Il enseigne dans un lycée, situé près du traiteur Bententei, où travaille sa voisine Yasuko Hanaoka, une jeune mère,  dont il est secrètement amoureux.
Lorsque se pointe l’ex-mari Togashi, un être vil, manipulateur, violent, usant de chantage à l’égard de son ex-épouse afin de lui soutirer le peu qu’elle gagne, la rencontre escalade en  une violence telle que mère et fille tuent Togashi.
Ishigami a entendu tout le bruit que la dispute a provoqué et offre son aide afin de se débarrasser du corps, en le défigurant et brûlant l’extrémité des doigts afin de retarder l’identité du bonhomme.  

L’inspecteur Kusanagi est chargé de l’enquête, et vu le peu d’indices, il est évident que l’enquête piétine. Ishigami continue à veiller sur sa voisine, en lui donnant des conseils pour ne pas éveiller plus de soupçons chez les policiers. Ceux-ci ont fini par découvrir l’identité de Togashi et ont remonté jusqu’à son ex-épouse. L’inspecteur réalise qu’il est face à un alibi en béton de la part de la jeune femme, pourtant son intuition lui dit qu’elle cache quelque chose.

Comme cela lui arrive régulièrement, Kusagani discute de son enquête avec son ami le brillant physicien  Manaku Yukawa, qui l’a déjà aidé à résoudre d’autres enquêtes.
Ils ont été ensemble à l’université, puis l’un et l’autre choisirent une voie différente. Kusanagi a vu un feuillet parlant des anciens de leur université chez Ishigami lors d’un interrogatoire de routine.
Yukawa décide de rendre visite à cet ancien condisciple, qui a choisi les mathématiques alors que lui préféra la physique. Yukawa connaît les qualités intellectuelles d’Ishigami et pense qu’il a quelque chose à voir dans cette affaire.

Très rapidement commence alors une bataille de deux grands cerveaux, entre le professeur désireux de protéger une voisine dont il est tombé amoureux et le physicien de génie, qui reconnaît en son opposant un esprit des plus brillants, difficile à vaincre.

Mon avis = plutôt positif, mais avec des réserves. Ce polar bien que présenté comme le premier d’une série mettant en scène le savant physicien Yukawa, est en réalité le 3ème de la série concernant cet enquêteur amateur, aidant l’inspecteur Kusanagi. Les 2 premiers romans n’ont apparemment pas été jugés bon pour la traduction, on se demande pourquoi.

Cette parenthèse ouverte et fermée, je me dois de dire (comme je le fis remarquer récemment à l’une de mes visiteuses du blog la plus fidèle), il n’y a plus grand-chose d’original désormais dans le monde des polars = ou ils sont sanguinaires et cruels comme les polars scandinaves, ou ils sont convenus comme certains polars britanniques. 

Ici non plus pas de grande surprise, dès le départ,  dans la partie d’échec entre les deux grands cerveaux (Yukawa et Ishigami) – on peut difficilement parler de partie de bras de fer – on se doute  rapidement comment tout cela va se terminer.
Non pas dans un salon où le détective très futé va réunir tous les suspects et dévoiler le coupable ; ici dès le départ on connait tout cela, ce qui veut être démontré  est comment Ishigami le mathématicien de génie  va être piégé par le non moins physicien de génie qu’est Yukawa, surnommé « Détective Galileo ».

Le portrait psychologique de la voisine est relativement intéressant – ayant échappé à un mari violent, manipulateur, elle étouffe sous l’aide que lui apporte son voisin, pourtant ne souhaitant que la protéger.

Je  n’ai donc pas trouvé cela follement original, mais j’avais très envie de découvrir un roman policier japonais et il semble que l’auteur, Kenji Higashino, soit une référence en ce domaine. Même si je ne suis pas totalement enthousiaste, je poursuivrai cette série, à mon rythme.
Ce roman est considéré comme un exemple du genre, très original, au Japon et ayant remporté de nombreux prix. 

117366

L’auteur, issu d’un milieu ouvrier à Osaka, né en 1958 à Osaka,  a eu pas mal de difficultés dans sa jeunesse en raison des moyens limités de ses parents. Après avoir été diplômé en qualité d’ingénieur, il a travaillé pour une entreprise nippone.
A l’âge de 27 ans, il obtint le prix littéraire Edogawa Ranpo  pour son premier roman ; suite à cela, il décida de quitter son travail et entama une carrière d’écrivain à temps plein à Tokyo. Kenji Higashino est considéré comme le meilleur écrivain de romans policiers au Japon.

Le prix Edogawa Ranpo est décerné, au Japon,  tous les ans depuis 1955 à un roman policier ; il n’est pas un prix annuel décerné pour le meilleur roman policier japonais, mais est un prix donné à toute personne désireuse de faire publier un livre, même si cette personne n’a jamais été publiée auparavant. Il s’agit d’un prix parrainé par la maison d’édition Kodansha et la chaîne de télévision Fuji.  Ce prix doit son nom à l’écrivain éponyme, considéré comme le fondateur du roman policier au Japon ; il fut l’auteur de nombreux polars mettant en scène le policier Kogoro Akeshi – le nom d’Edogawa Ranpo vient de la manière japonaise de prononcer Edgar Allan Poe.