51Qjir4t7uL

5ème enquête d’Angela Marchmont

Hogmanay 1928 – la St-Sylvestre écossaise – Angela Marchmont a été invitée par Gertie McAloon, la plus délurée des cinq enfants du comte et la comtesse de Strathmerrick.

Il y a là l’ambassadeur des Etats-Unis et son secrétaire, un jeune politicien en vue fiancé à l’aînée des hôtes, le chef de l’Intelligence Service Henry Jameson, frère de l’inspecteur de Scotland Yard et qui est aussi une ancienne connaissance de Ms. Marchmont, tout comme l’ambassadeur US qui est un ancien fiancé, en plus le secrétaire aux Affaires Etrangères de Grande-Bretagne.
Ces messieurs se retirent régulièrement avec le comte de Strathmerrick pour discuter d’un sujet extrêmement important pour le monde = la venue du professeur Krause, une sommité dans le monde scientifique – il a découvert de grandes choses dans le domaine des atomes et amènera avec lui ses découvertes dans ce qui pourrait devenir une arme des plus dangereuses.
Comme le « péril rouge » inquiète les USA et la Grande-Bretagne, ces messieurs espèrent convaincre le professeur d’être de leur côté.

En dehors de ces « huiles », il y a les épouses de ceux qui sont mariés et en plus d’Angela Marchmont, un autre ami de Gertie, le fameux Freddie Pilkington-Soames, à la recherche d’un bon papier.
Pour lui la présence de Mrs. Marchmont est la preuve que quelque chose d’important se passera ; il refuse de croire qu’elle n’est présente qu’en tant qu’invitée de Gertie.
Il y a également celle qui passe inaperçue, l’ancienne gouvernante des enfants, devenue dame de compagnie de la comtesse ; Miss Flo, comme dit Gertie, se pique d’écrire un roman dans la lignée de Walter Scott. Chacun évite soigneusement de lui demander d'en lire des passages.

La célébration d’Hogmanay, le passage vers 1929 se passe dans une formidable fête où sont invités le personnel et les gens du village, mais le professeur ne paraît toujours pas.
De plus, le domaine est coupé du monde par la neige, celle-ci a endommagé les lignes téléphoniques. Les deux jeunes fils de la maison ont découvert des traces dans la neige et s’amusent à les suivre en compagne d’Angela qui s’ennuie un peu. Ils finissent par découvrir l’auteur de ces traces = c’est un amoureux transi de Gertie qui a tenté en vain de se faire inviter et du coup s’est amené sans invitation.
Angela  ne va pas s’ennuyer longtemps – au cours d’un jeu au cours de la soirée de nouvel-an, le cadavre du professeur Krause est découvert dans la salle de billard, tué d’une balle en pleine poitrine et c’est évidemment Angela qui est tombé dessus !

Du coup elle devient suspecte aux yeux du comte et de quelques-uns des autres personnages – son ex-fiancé et le frère de l’inspecteur ont beau attester de sa probité – n’a-t-elle pas été quelqu’un d’important dans les services secrets au cours de la première guerre mondiale ? la plupart des réactions est similaire = les gens changent.
Cela amuse Ms. Marston d’être suspectée, mais Jameson (le frère de l’autre) demande son aide pour découvrir la vérité.
En dehors d’elle, les soupçons se fixent aussi sur l’amoureux transi, qu’on a été obligé d’inviter et qui n’hésite pas à afficher ses opinions communistes.

Quant à Freddie, il râle de ne pouvoir divulguer les faits immédiatement, il tient là un papier qui pourrait le faire passer de journaliste junior à celui de journaliste reconnu.

Mon avis = bonne intrigue, avec une Mrs. Marchmont toujours aussi futée – il y a  beaucoup d’humour caustique entre certains personnages comme Freddie, Gertie, Angela.
Les autres sont plus sérieux, quoique Freddie Pilkington-Soames n’hésite pas à flirter avec absolument toutes les femmes présentes, excepté la comtesse qui est totalement effondrée – quelle réputation on va leur faire !
Elle regarde aussi d’un œil suspect Angela Marston qu’elle trouve régulièrement en train de chuchoter avec l’ambassadeur, le chef de l’intelligence service et Freddie – elle n’est pas loin de penser qu’Angela est une nouvelle Mata-Hari = « Comme on peut se tromper n’est ce pas, une jeune femme à l’air si respectable ! »

J’avais très rapidement deviné qui serait la personne coupable, mais je tenais à finir le livre afin de vérifier ma théorie.
Je suis contente de dire que j’avais, une fois encore, raison (je sais, je me vante =^-^=).

Comme tous les polars écrits par Clara Benson, celui-ci est divertissant, on ne se prend pas la tête et on rit de temps à autre.

J’ai aussi appris, par ce roman, qu’Hogmanay était une St-Sylvestre qui durait au moins 3 jours – pas à dire, ces Ecossais ont le sens de la fête, sauf pour celui qui se fait tuer, mais ce n'est pas courant

1c0e612d8130507caaa89935e50f139e