197100

Österreichischer_Filmpreis_2017_photo_call_Egon_Schiele_Tod_und_Mädchen_Dieter_Berner

Österreichischer_Filmpreis_2017_photo_call_Egon_Schiele_Tod_und_Mädchen_Hilde_Berger

Egon_Schiele_012

Titre français = Egon Schiele, mort et jeune fille
Titre anglais = Egon Schiele, Death and the Maiden

Scénaro de Hilde Berger & Dieter Berner d'après leur livre homonyme

En 1906, à la mort de leur père qui dans un moment de folie a brûlé toute sa fortune, Egon Schiele (16 ans) vit avec sa mère et sa sœur, son premier modèle.  Ils vivent près d’un lac à Trieste ; Egon Schiele peintre et dessinateur rêve d’une communauté artistique et est entouré de ses amis, parmi lesquels le futur peintre  Anton Peschka à qui il reproche son manque d’assiduité au travail.  Il est vrai que tous ont surtout envie de boire et faire la fête.
Schiele est incompris, ses dessins et aquarelles considérées comme pornographiques. Et  pourtant, que de talent a ce jeune homme tourmenté.  Sa rencontre avec  Wally (Walburge) Neuzl fera d’elle sa première et principale égérie.  C’est elle qui lui inspire « Tod und mädchen ».

Au fur et à mesure des années, encouragé par Gustav Klimt qui l’enjoint de peindre ce qu’il veut, ce qu’il aime, Schiele développe une réputation sulfureuse, de pornographe, au point qu’une jeune fille va fantasmer sur lui au point de prétendre qu’elle a été violée.
Les mensonges de la gamine seront finalement découverts,  mais entretemps une grande partie des dessins d’Egon auront été brûlés.

En 1915, attiré par ses voisines, Edith et Adèle Harris, il finira, toujours à court d’argent,  par épouser Edith. La jeune femme va rapidement s’avérer maladivement jalouse, au point qu’Egon doit rompre même avec sa sœur. La grippe espagnole va hélas mettre fin à la vie non seulement d’Edith Schiele, enceinte, mais également d’Egon Schiele.

Mon avis = une intéressante découverte pour moi que ce biopic consacré à un peintre dont j’aime énormément la  « patte ».
Il s’agit d’une co-production austro-luxemboureoise.

Le scénario est l’adaptation par leurs auteur.e.s de leur livre « Tod und mädchen – Egon Schiele et les femmes ».

Noah Saavedra est un Egon Schiele assez ressemblant me semble-t-il et Valerie Pachner une excellente et émouvante Walli Neuzl. Maresi Riegner interprète Gerti Schiele, petite sœur un peu possessive, un peu coquine, qui jette son dévolu sur Anton Peschka, joué par Thomas Schubert.
Je mentionnerai encore Marie Jung et Elisabeth Umhauft, respectivement Edith et Adele Harris.
Gustav Klimt est interprété par Cornelius Obonya.

noah_saavedra-5-medium

330px-Österreichischer_Filmpreis_2017_photo_call_Egon_Schiele_Tod_und_Mädchen_Valerie_Pachner_4

330px-Egon_Schiele_069

Les critiques à propos du film furent diverses – les unes parlant d’une histoire mêlée d’érotisme, d’amour et drame. D’autres critiquèrent la froideur, le manque de passion de l’histoire.

Par contre, le Wiener Zeitung a fait l’éloge du film, fort bien interprété et présenté de manière cohérente.

Je ne sais jusqu’à quel point ce biopic est fidèle à la vie d’Egon Schiele, mais je l’ai apprécié.

L’artiste a réalisé au moins une centaine d’autoportraits, dont certains montrent un visage tourmenté, d’autres le montrant avec un certain strabisme qui serait une allusion humoristique à son patronyme = « schielen » signifiant « loucher ».

320px-Egon_Schiele_075

Beaucoup de personnes disent que les peintures d’Egon Schiele provoquent un malaise chez elles, surtout à cause de leur rapport à la mort mais aussi à l’érotisme. D’autres encore sont rebutées par la couleur verdâtre de certains personnages dans les tableaux, cette couleur étant souvent associée à la décomposition des corps.

Personnellement, je trouve que c’est avoir un immense talent qu’être capable de provoquer de telles réactions.

IMG_2931-compressor