penny

4201106

Titre français = Défense de tuer

Titre anglais aux USA = A Rule against murder

4ème enquête de l’inspecteur en chef Armand Gamache 

Armand et Reine-Marie Gamache se préparent à fêter leur 35ème anniversaire de mariage au manoir Bellechasse, au sein d’une belle forêt, au bord d’un lac et avec un temps magnifique. Ils ont dû se contenter d’une petite chambre, que certains qualifient de placard à balais, mais cela leur suffit.
Toutes les chambres sont occupées par la famille Finney = matriarche et son second époux, fils aîné et son épouse, fille divorcée dont le mari est impliqué  dans un grave scandale financier pour lequel il est en prison,  et fille mère célibataire, ayant réussi en affaires accompagnée de son enfant – prénom Bean, dont elle a refusé depuis la naissance de dire s’il s’agit d’un garçon ou d’une fille. Ils attendent encore un couple = le 2ème fils, Spot et sa femme Claire.

A la grande surprise, et grand plaisir aussi, des Galmache ils constatent que Spot et Claire Finney sont en fait Peter et Clara Morrow, leurs amis de Three Pines. En fait tous les Finney, sauf la matriarche, sont des « Morrow », « Finney » étant le nom du deuxième mari, très âgé, dont tout le monde est persuadé qu’il a épousé Irene Morrow pour son argent.
L’argent compte (c’est le cas de le dire) beaucoup dans cette famille, l’argent, mais aussi le pouvoir et la réussite sociale. En dehors de cela, ces gens ne se parlent pas et certainement pas de choses personnels, ce qu’Irene Finney trouve indécent. Elle déteste d’ailleurs Clara qui n’est pas du tout de leur monde et s’en fiche totalement de la réussite sociale ; elle aime son mari et sa peinture.

L’ambiance dans cette famille est déplaisante au possible mais cela n’a pas d’influence sur les Galmache, qu’ils aient la plus petite chambre n’est pas important, eux ils s’aiment, se parlent, parlent à leurs enfants, se baignent dans le lac, se taquinent, bref vivent.Une chose intrigue Galmache, c’est ce socle en marbre blanc placé près de la forêt.
En fait, les Morrow-Finney attendent avec impatience la statue de Charles Morrow, un hommage au fondateur de la famille, que Madame Dubois, la propriétaire du manoir a accepté, moyennant finances qui sont toujours bonnes à prendre.
La statue arrive donc, est mise sur le socle et tout le monde peut retourner à ses petites misères.

Il règne quelques frictions aussi au sein du personnel, le maître d’hôtel, un homme charmant et stylé, a beaucoup de difficultés avec le jeune Elliot, une nouvelle recrue qui n’aime pas vraiment servir. Il risque de ne pas rester au manoir. Il aime flirter avec les dames, avec Julia Martin notamment, la fille aînée des Morrow.

Quant à l’excellente chefe, Galmache et son équipe sont persuadés de la connaître mais n’arrive pas à mettre le doigt sur où et quand.

Le lendemain d’un formidable orage qui a secoué tout le manoir, on découvre que la statue de Morrow  a été renversée et sous elle, hélas, le corps de Julia. Immédiatement Galmache réunit son équipe, Reine-Marie décide d’aller se reposer à Three Pines pour ne pas déranger son époux en pleine enquête et arrivent Jean-Guy Beauvoir, qui a des difficultés de cacher son antipathie pour les anglophones et Isabelle Lacoste.

Pas beaucoup d’indices, sauf des petits mots dans le feu ouvert de la chambre de Julia, aucune collaboration de la part de la famille Finney, qui en profite pour régler ses comptes entre frères et sœur. Irene Finney désormais se retranche derrière une image « sainte » de sa fille morte. Mais aucun n’accepte de vraiment parler aux inspecteurs qui ont l’impression de piétiner.

De plus, la matriarche ayant appris que l’inspecteur en chef Gamache est le fils d’Honoré Gamache, un objecteur de conscience, l’insulte carrément. C’est sans doute pour elle une manière d’exprimer son chagrin, en se vengeant sur les autres, l’ennui c’est que ça n’a pas d’importance pour Galmache, il aimait son père trop tôt disparu, il sait ce qu’il a fait et cela ne le dérange pas.

Lorsque Bean l’enfant de Mariana,  disparaît ainsi que le jeune Elliot, Armand Gamache a compris que ses soupçons étaient justifiés et il se met à la poursuite de l’assassin.

Mon avis = très positif – j’ai retrouvé avec un immense plaisir l’inspecteur en chef Galmache et son épouse, formant un couple bien agréable parmi tous ces inspecteurs de police divorcés, bougons, parfois même carrément hargneux. Lui il reste courtois, d’humeur égale mais les suspects auraient tort de se fier à son air indifférent, rien ne lui échappe.

On ne fait ici qu’une brève incursion à Three Pines, ce que j’ai trouvé un peu dommage, mais il fallait bien un lieu où situer un crime.

L’ambiance du roman oscille entre beauté du paysage, délices des repas et les accrochages avec la matriarche qui est un venin personnifié. Une femme qui ne se soucie que de l’apparence et râle que Clara risque de devenir plus célèbre que son cher fils Peter, qui a aussi un secret familial.
Bref une autre famille dysfonctionnelle, mais celle-ci bat tous les records.

Une lecture de vacances, chaudement recommandée. 

d'autres avbis sur le livre = critiquesLibres, aifelle-legoûtdeslivresbabelio

HoveyManor2