9b05cdd7e07fecbd8de23a676cb5c40f--james-ensor-beaux-arts

Les œuvres étudiées – MUSEE OLD MASTERS

(les illustrations ont été trouvées dans la photothèque google) - voir l'introduction - chronique adaptée du texte de sarah cordier

La justice de l’empereur Otton – Dirk Bouts (15ème siècle) – le « récit » d’une erreur judiciaire. La lecture de l’œuvre commence par le panneau gauche du diptyque = l’épouse de l’empereur accuse un noble de la cour de lui avoir fait des propositions indécentes.
L’homme est condamné à la décollation, sans autre forme de procès. (lorsque le tableau fut donné aux musées des beaux-arts, on fit un surpeint sur le cou et le sang du mort, en y ajoutant des feuillages, le tableau ayant été jugé trop "dur" pour les visiteurs)

B979222296Z

Dans le panneau de droite, l’épouse de l’homme injustement accusé désire sauver l’honneur de son mari, elle accepte l’ordalie = tenir un fer rougi dans la main, sa main ne sera pas brûlée, par contre l’épouse d’Otton le sera (le bûcher est dans le fond du tableau). 

bouts-1448dig-l

Ce tableau était destiné à la salle d’audience de l’hôtel de ville de Louvain, et destiné à inciter les juges à l’équité en rendant leur verdict – ne pas juger sur simple calomnie.

Rendre la justice divine = obéissance à dieu et ses représentants sur terre (clergé, noblesse).

Au moyen-âge la violence est quotidienne, les hommes se promènent l’épée au côté ou pour les plus pauvres, un couteau dans les chausses. Aux temps féodaux, la justice est expéditive, au coupable à prouver son innocence. C’est la raison du « jugement de dieu » ; néanmoins il existait un organisme judiciaire où des spécialistes du droit, formés dans les universités. Ils s’inspirent du droit greco-romain et le jugement de dieu n’est plus accepté.
Actuellement, dans  la constitution, un homme est innocent tant que la preuve de sa culpabilité n’a pas été apportée.

La vierge parmi les vierges – par le maître de  la légende de sainte-lucie (15ème siècle) – Dès les débuts du christianisme des femmes – comme celles du tableau – éprouvent une foi religieuse et s’estiment mariée au christ – elles refusent donc catégoriquement d’obéir à leur père ou une autre instance dite supérieure qui désire les marier – ces mariages étaient imposés par intérêt et profit (pour le père). 
Ces jeunes filles ne se détourneront pas de leur foi et leur amour pour l’église – les hommes de pouvoir, choqués par ce manque d’obéissance et l’indifférence aux punitions, font subir à ces frêles jeunes filles des tortures à mort.

_Bruxelles Maître de la légende de Sainte Lucie

Ainsi dans le tableau rencontre-t-on Apolline, qui tient la tenaille avec laquelle on lui a arraché les dents – Agathe tenant une tenaille avec un sein arraché – Lucie qui tient le plat sur lequel figurent ses yeux – Ursule criblée de flèches, lisant (sa robe cache une flèche posée sur le sol) – Catherine, déchiquetée par une roue armée de glaives (les roues ornent le tissu de sa robe) – Agnés, convoitée par le fils d’un préfet de Rome, un agneau est posée près d’elle.
Le tableau est une idéalisation de la souffrance, au nom des convictions;  Mais les jeunes filles servaient de modèles pour les jeunes filles de l’époque.
Le tableau est avant tout une preuve de la violence des pères ou des autorités à l’égard des femmes refusant de se soumettre à leur volonté.

Apollon poursuivant Daphné – Carlo Maratta (17ème siècle) – d’après la légende dans Les Métamorphoses d’Ovide – Apollon rendu fou d’amour par une flèche en or d’Eros, poursuit la nymphe Daphné qui elle a été touchée par une flèche en bronze, signe de discorde.
Daphné appelle son père au secours (le dieu du fleuve Pénée), celui-ci la transforme en laurier.

carlo-maratta-apollon-c3a0-la-poursuite-de-daphnc3a9

La nymphe Daphné avait donc  le choix entre le viol ou la transformation !!!! En arbre en plus ! plus tard, Apollon se coiffera d’une couronne de lauriers pour ne pas oublier sa nymphe.
Le message d’Ovide est aussi qu’il vaut mieux être transformée en arbre plutôt que d’être violentée, mais pourquoi est-ce Daphné qui doit être punie ?
On peut aussi y voir un message sur la violence subie par les femmes quotidiennement, notamment leur soumission à l’homme dans le mariage, et ce pendant des siècles, mais je ne suis pas convaincue que Carlo Maratta ait eu cela à l’esprit.

Pour info – en Belgique - ce n’est qu’en 1958 que les femmes mariées pourront travailler sans l’autorisation du mari. En 1975, l’égalité totale des époux est enfin dans la loi, la femme peut alors ouvrir un compte en banque sans autorisation du  mari.
1989 - en principe, la loi réprime le viol entre époux ; jusqu’alors les relations sexuelles entre époux étaient considérées comme « le devoir conjugal ».
Ce ne sera qu’en 2000 que le principe de l’égalité des hommes et des femmes s’inscrit dans la constitution (ceci me fait sourire jaune car on en est loin)

La Chute des Anges Rebelles - Pieter Breughel  l’ancien  (16ème siècle) – inspiré par Jérôme Bosch – le tableau montre la lutte acharnée entre le bien et le mal –
L’époque est celle des guerres de religion – le très catholique Philippe II d’Espagne a envoyé le duc d’Albe qui réprime d’une main de fer tous les protestants de la région qu’on appelait alors les Pays-Bas espagnols. Ces "anges rebelles" sont une métaphore pour les protestants qui ne respectent pas la "vraie" religion.

Thème de discussion  = massacres au nom de la religion – totalement actuel, hélas – comment en finir avec la violence religieuse ?

1200px-Pieter_Bruegel_the_Elder_-_The_Fall_of_the_Rebel_Angels_-_Google_Art_Project

Prométhée – Rombouts (17ème siècle) – le mythe de l’homme qui donna le feu aux humains – Zeus ne put tolérer cette désobéissance = le feu était réservé aux dieux, il  ne fallait pas que les humains se prennent pour des dieux !!!!
Punition = avoir le foie dévoré par un aigle chaque matin, la nuit le foie se reconstituait et la punition recommençait. Il suffit de voir la douleur exprimée par Prométhée pour réaliser la violence d’une telle punition, mais bon Zeus n’est pas pour rien le dieu des dieux et il avait donc tous les droits – le message est clair = vous faites ce que je dis sinon gare !

(pour la petite  histoire = notre guide Sarah Cordier nous a expliqué que lors d’une visite avec des médecins, ceux-ci signalèrent qu’il y a une erreur fondamentale dans le tableau = le foie humain se situe à droite dans le corps humain, pas à gauche comme sur le tableau =^-^=)

téléchargement

Pour terminer ce court tour d’horizon de la violence représentée dans la peinture des « Old Masters », je vous donne encore un dernier tableau montrant à quel point les dieux sont des êtres vindicatifs et dangereux.

Il s’agit de Apollon et Marsyas – Joseph de Ribera – Marsyas ayant défié Apollon en disant qu’il jouait mieux de la flûte que le dieu, celui-ci proposa un concours, s’il en sortait gagnant, Marsyas serait puni.
Evidemment Apollon, dieu de la musique, gagna et la punition fut atroce = Marsyas fut écorché vif.

deribera-3445dig-l

(vous constaterez que cette histoire se situe APRES l’histoire d’Apollon et Daphné car le dieu porte la couronne de lauriers, en souvenir de celle qui se refusa à lui – on n’est pas plus cynique)

à suivre ...