51g9x2h3+xL

2369719

Titre français = la Forme de l’Eau

Scénario de Guillermo del Toro & Vanessa Taylor, sur une idée de Guillermo del Toro

Eliza, muette, est l’une des préposées à l’entretien dans un laboratoire dans un ville perdue ; l’époque est celle de la guerre froide. 
Lorsqu’arrive au laboratoire un humanoïde, enlevé par l’armée US à sa forêt amazonienne, Eliza réalise que l’être est torturé dans le labo, surtout pat le colonel Strickland, un véritable sadique qui a bien l’intention de disséquer ce qu’il considère comme un animal. Attirée par cet être étrange, qu’elle ne craint pas, Eliza décide de le sauver.
Elle recevra l’aide de son voisin, un dessinateur sans travail, mais aussi de sa collègue Zelda ainsi que d’un agent de Moscou, infiltré dans le labo.

Je ne peux que recommander chaudement ce conte de fée moderne, aux images fort belles, avec une histoire pleine de poésie et de tendresse, mais aussi de suspense comme peut en concocter Guillermo del Toro.

L’ « humanoïde » est présenté comme un monstre, mais le seul véritable monstre est ce colonel de l’armée US, qui veut de l’avancement et qui n’a de respect pour rien, ni personne, frustré à tous les niveaux – professionnel, personnel, sexuel. Il est fort bien interprété par Michael Shannon.
La gentille Eliza, muette, pas sotte, pleine de ressources et surtout amoureuse, est jouée avec son habituel talent par Sally Hawkins. Sa collègue-copine est jouée par Octavia Spencer et c’est Richard Jenkins qui interprète avec sensibilité le vieux voisin, artiste-dessinateur et homosexuel rejeté par la société lui aussi. Michael Stuhlgarb est le professeur de labo qui n’est pas d’accord avec le colonel et qui décide d’aider Eliza.

Le costume de Doug Jones n’a pas dû être agréable à porter, mais il est un magnifique être hybride.
Son maquillage est une réelle performance aussi, ce qui n’est pas une surprise lorsqu’on connaît les films de Guillermo del Toro (HellBoy 1 & 2 – et surtout le Labyrinthe de Pan).
Del Toro dit s’être inspiré du film « Creature of the Black Lagoon » pour la création de l’humanoïde

J’ai bien aimé également la restitution des années 1960, avec le ménage du colonel, véritable caricature de l’American Way of Life, l’épouse blonde, avec son joli tablier sur une robe fleurie, les enfants « sages comme des images » -

The_Shape_of_Water