41UZDiXg20L

 le bouquet de violettes (edouard manet)
qui figure sur le portrait de berthe morisot

bouquetdeviolettes

Après la biographie d’ Edouard Manet, écrite par Sophie Chauveau, il allait de soi (pour moi) de me lancer dans cette fort intéressante biographie de Dominique Bona sur Berthe Morisot, dont j’aime les peintures mais que je connaissais très mal.

Une différence entre les deux livres est le ton = si Sophie Chauveau  est fort dans l’émotion, chez Dominique Bona, c’est plus froid – ceci écrit sans aucun sens péjoratif.
La biographie est très documentée, très complète et l’on assiste, non seulement au caractère fort de l’artiste, mais aussi à une formidable leçon d’histoire de l’art au 19ème siècle, où classicisme, conseervatisme se disputent la priorité avec  un  nouvel art de peindre qui sera qualifié d’ « impressionnisme » par un critique à la plume venimeuse.

Ceux qui peignaient de cette manière personnelle – Monet, Degas, Pissarro, Cézane, Berthe Morisot et tant d’autres qui préférèrent se nommer « les indépendants », « les peintres de plein air ».
On croise évidemment Charles Baudelaire et Emile Zola, mais aussi Puvis de Chavannes, Caillebotte, Mary Cassatt et tant d’autres, dont Nadar qui mit son atelier au service de ses amis peintres indépendants pour leur premier salon.
En dehors de cette intéressante partie d’histoire de l’art, la biographie de Morisot est également une histoire de son temps – la guerre de 1870, la dramatique Commune de Paris, écrasée dans le sang.

J’ai été ravie de découvrir qui était Berthe Morisot = une jeune femme qui, avec ses sœurs, avait été encouragée à peindre, mais contrairement à ses sœurs, ce devint une réelle passion pour elle, au point de subir les critiques de sa mère qui au départ était favorable à ce « passe-temps », car il était évident que pour Marie-Cornélie Morisot, cela devait rester un passe-temps en attendant le mariage.
Or Berthe, très indépendante de caractère, très entière, se voulait peintre et seulement peintre, le mariage lui semblait une cage dans laquelle elle refusait de se laisser enfermer.

Était-elle amoureuse d’Edouard Manet ? en tout cas ils partagèrent une amitié amoureuse, une communion dans la peinture, dont elle finira par s’éloigner après avoir épousé Eugène Manet, le frère d’Edouard. De même qu’elle fut son modèle pour sept portraits, il cessera de la peindre après le mariage.
Il y a un certain humour dans ce mariage, car pour les Morisot très conservateurs, les Manet faisaient figures d’ultra-socialistes – bref à mépriser totalement.
Eugène Manet se mit complètement au service de son épouse, il fera en sorte que puisqu’elle souhaitait participer aux Salons des Indépendants, il veillera à ce qu’elle ait un emplacement aux cimaises digne de son talent.

Sous les yeux des lectrices/lecteurs, Dominique Bona fait se défiler Paris, la Normandie, et tous les lieux fréquentés par les impressionnistes.

Dominique Bona écrit que « Berthe Morisot  inventa sa liberté », et ce n’est pas faux de le dire ;  cette jeune femme au caractère bien trempé, pas toujours très gentille, acerbe souvent, ironique et sarcastique toujours, se révoltant contre sa mère qui souhaitait l’enfermer dans les corsets des femmes de son siècle.

Si j’avais à recommander l’un des deux  livres – celui de Sophie Chauveau ou celui de Dominique Bona, je privilégierais sans hésiter ce dernier ; bien que Sophie Chauveau soit une intéressante romancière et journaliste, qui se documente beaucoup avant d’écrire, cela se sent que Dominique Bona n’a pas hésité à plonger dans de nombreuses archives afin de produire sa biographie qui est un grand document très complet, allant plus loin dans la vie de Berthe Morisot (sa fille Julie avec qui elle eut une relation fusionnelle, ses soeurs, sa famille, son mariage, etc) - il est vrai qu'elle vécut plus longtemps qu'Edouard Manet qui mourut dans de terribles souffrances, et le livre de Chauveau est dédié à Edouard Manet

edma morisot, la soeur préférée de berthe
et la mère de l'artiste lisant

Berthe_Morisot_006

l'aquarelle sera une révélation pour berthe morisot
et de même que sa peinture s'adoucira sa nature passionnée
s'adoucira également

800px-Berthe_Morisot_-_Paysage_(watercolour)

villa-with-orange-trees-nice

d'autres avis sur ce livre = critiqueslibres,   chez babelio

un article sur dominique bona chez textes&prétextes

un autre beau portrait de berthe morisot par manet

4-Repose-Study-of-Berthe-Morisot-Realism-Impressionism-Edouard-Manet

(il me reste, à présent, à poursuivre avec le Journal de Julie Manet)