517ZKnGpn4L

Non traduit il me semble (en tout cas je n’en ai pas trouvé de trace, il semblerait que ce soit les enquêtes de Shetland qui ait la cote auprès des éditeurs francophones )

1ère enquête de l’inspectrice Vera Stanhope

Quelque part dans le beau site des Pennines, Rachael Lambert a été nommée responsable d’un projet destiné à cautionner – ou pas – l’extension d’une carrière de pierres, extension qui détruirait une partie de l’environnement.
Travailleront avec elle, Anne Preece, botaniste, et Grace Fulwell, spécialiste de l’étude des mammifères. Le lieu serait propice aux loutres.
Toutes les trois doivent se retrouver dans Baikie’s Cottage, à côté de la ferme où vivent Bella et Dougie Furness, les propriétaires de la ferme et les terres à côté du cottage. Rachael étant arrivée la première assez tard dans la soirée, elle se rend à la ferme pour annoncer sa venue à Bella qui est une amie – à sa surprise horrifiée, elle découvre le corps pendu dans la grange de Bella. Avec un petit mot = je n'en peux plus.

Les deux autres jeunes femmes arrivent le lendemain, en même temps que la police menée par l’inspectrice Vera Stanhope – qui est, le moins que l’on puisse dire, plutôt excentrique.
Elle connaît bien les lieux et la région pour y avoir passé toute son enfance, aux côtés d’un père obsédé par les œufs d’oiseaux, passion et obsession qu’il partageait avec la propriétaire de Baikie à l’époque, Constance Baikie.

Il paraît assez évident aux yeux de Rachael que la cohabitation entre les 3 femmes ne va pas se passer sans quelques grincements de dents = elle a beaucoup de difficulté à se comporter « en chef d’équipe », soit  trop pointilleuse, soit laxiste.
Elle tape d’ailleurs sur les nerfs d’Anne Preece, qui adore flirter, s'amuser, boire un peu trop, ne pas trop suivre les règles ; quant à Grace, elle est carrément hostile à Anne et son caractère flirteur – Grace a un problème de communication avec les gens et ne fait pas beaucoup d’efforts en ce sens de toute façon.

Elles ont une semaine pour mener leur enquête à bien, afin que leur patron Peter Kemp, qui marche la main dans la main avec la société qui veut agrandir la carrière, puisse rentrer un projet « pour » ou « contre » - pour de préférence vu les atouts financiers qui sont en jeu.
Il y a une certaine opposition de la part de Holme Park, appartenant aux Fulwell (Grace dit ne pas être de leur famille, c’est un nom courant pour la région).
Neville Furness, le fils de Dougie, travaille également pour le directeur de la carrière, mais semble avoir envie de tourner casaque – pourtant l’argent que le site de construction est prêt à payer sauverait la ferme familiale, fortement endettée.

Un soir, Grace ne revient pas de sa journée d’exploration – Rachael, inquiète, prévient la police, ce qui énerve Anne.
Hélas le corps de Grace est retrouvé près d’une vieille mine ; la jeune femme a été étranglée.
L’inspectrice Vera Stanhope aimerait que les 2 jeunes femmes quittent Baikie’s Cottage, elles pourraient aussi être en danger. Rachael décide qu’elles partiront à la fin de la semaine comme prévu, quand le rapport sera terminé.

L’inspectrice est inquiète, sachant qu’un criminel se promène aux alentours.

Drames, secrets de famille, pots de vin, environnement … Après avoir découvert l’inspecteur Jimmy Perez et les enquêtes de « Shetland »  j’avais très envie de découvrir d’autres romans d’Ann Cleeves – et plus particulièrement cette inspectrice Vera Stanhope, qui est un phénomène en soi.
L’un des suspects dit d’ailleurs d’elle qu’elle a un visage comme un museau de truie !

Il est vrai qu’elle semble sortir tout droit d’un magasin oxfam, tant sa garde-robe est borderline – elle souffre d’eczéma, raison pour laquelle elle porte rarement des pantalons et des chaussettes, elle se balade en sandales.
Quant à se nourrir, n'en parlons pas = elle mange très mal (pire que Wallander) et boit du whisky comme moi de l'eau minérale !
Elle est terriblement autoritaire avec ses subalternes, et se comporte comme un pitbull avec les suspects – comme elle le dit  « je ne laisse rien passer, c’est pour cela que j’obtiens des résultats ».
Il faut reconnaître qu’elle n’est pas toujours très sympathique, mais elle n’est pas payée pour ça ! 

Quant aux personnages, ils sont vraiment intéressants – on apprend le passé de Bella, on découvre celui de Grace Fulwell ainsi que les problèmes que Rachael a eu avec son manipulateur de patron Peter Kemp, un homme qui s’est carrément approprié les résultats de certaines des recherches de Rachael, qu’il a publiés en son nom personnel.
Chaque jeune femme a un secret qu’elle n’est pas prête de partager avec les autres, mais qui influencera la situation en cours. 

Le roman est nettement plus intéressant que le téléfilm qui en a été adapté – j’ai eu le plaisir de pouvoir le visualiser sur youtube – non seulement les scénaristes ont éliminé une partie des personnages, mais ils n’ont pas approfondi ceux du roman.
Sans doute que le téléfilm aurait été trop long s’il avait fallu faire autant de flashbacks que le demandait la situation, mais je suis contente d’avoir regardé le téléfilm après avoir lu le livre, car l’histoire est vraiment plus consistante, plus intense, les personnages plus  intéressants, traités avec plus de profondeur.
Quant à ce « piège à corbeaux », du titre, il est une métaphore pour tous ces personnages englués dans leurs secrets.

Je poursuivrai donc les enquêtes de Vera,  par Ann Cleeves, dont il est évident qu’elle sait créer une atmosphère - à petite dose car l’ambiance britannique, dans le nord de l’Angleterre, est assez glauque.

A lire, toutefois, lorsqu’on aime un bon suspense.

northumberland--testimonial

1495148183-1495148183_goodreads_misc