louise penny 

Titre original anglais = Dead Cold aux USA et Canada – a Fatal Grace au Royaume-Uni

(ceci n’est pas mentionné sur Amazon, plusieurs personnes ont donc acheté 2 fois le même roman, par manque de considération de ce vendeur  en ligne)

2ème enquête de l’inspecteur en chef Armand Gamache

CC de Poitiers, amère, mesquine, égoïste, cruelle, causant gratuitement de la souffrance chez les autres (à commencer par son mari et sa fille) et  prenant plaisir de la douleur causée, en résumé quelqu’un de très stupide et pas sympathique du tout, a été assassinée.
De manière assez originale = elle a été électrocutée pendant le match de curling de Boxing Day, une sympathique tradition dans la petite ville de Three Pines, où Ms. de Poitiers venait de s’installer avec mari et fille.
Quelles blessures cachait cette femme, obsédée par le blanc et l’ordre parfait, décidée à devenir une nouvelle forme de gourou en prônant la non-expression des sentiments et émotions, ce qui conduit paraît-il inévitablement au chaos. Pourtant elle n’hésitait pas à exprimer sa méchanceté gratuite au tout-venant.

C’est à l’inspecteur en chef Armand Gamache et son équipe que l’enquête a été confiée – pour lui, il ne fait aucun doute que le criminel est soit le mari, soit l’amant, un photographe travaillant à la nouvelle brochure de CC.
Comme ce dernier va aussi périr dans l’incendie (criminel ?) de sa maison, il ne reste que le mari pour Gamache, bien que certains dans son équipe trouvent cette solution trop simple.
Après tout, cette désagréable personne était détestée de toute la petite ville de Three Pines.
De plus, elle a acheté une maison considérée comme monstrueuse dans la petite ville, une maison « maudite » pour des événements qui s’y produisirent précédemment. Une maison « parfaite » pour le monstre qu’était CC de Poitiers – dont ce n’était d’ailleurs pas le patronyme véritable, qui cachait un énorme secret.

Il n’y a pas que cette enquête, avec trop de suspects et trop d’indices, qui préoccupe l’inspecteur en chef = il a des démêlés avec ses supérieurs pour ne pas avoir étouffé une vilaine histoire au sein de la police (enquête précédente), il a été obligé de reprendre une agente déplaisante au sein de son équipe qui n’en veut pas.
Il y a également le « petit nouveau » à former, au sein de l’équipe, l’agent Lemieux qui est aux anges de travailler avec Gamache.

J’ai découvert ce roman en me promenant dans une très belle  librairie montréalaise, j’avais décidé d’y entrer pour le plaisir des yeux uniquement, je suis ressortie avec ce polar ! (what else).

Il s’agit du 2ème roman dans les enquêtes de l’inspecteur en chef de la Sûreté du Québec, Armand Gamache, un homme que la direction générale de la Sûreté aimerait mettre sur une voie de garage, mais qui est adoré par son équipe.
Sauf un élément, l’agente Nichols qui joue double jeu.
Peu à peu l’équipe va dévoiler les secrets de cette femme odieuse dont la fille et le mari étaient  à bout de nerfs.

Comme toujours, Noel est tout sauf un fête où la méchanceté et le crime ne sévissent pas.
Pour compliquer l’enquête, il y a le meurtre pratiquement impossible à résoudre d’une malheureuse SDF (une itinérante comme ils disent au Québec) et qui semblerait lié à l’enquête sur la mort de CC de Poitiers. 

Tous les habitants la petite ville fictive de Three Pines, dans les Cantons de l’£st,  m’ont beaucoup plu = les 3 vieilles dames, amies de toujours, la vieille poétesse au sale caractère, le couple d’artistes dont la femme, Clara, avait été l’une des cibles de la méchanceté de la morte. Il y a évidemment aussi un couple homosexuel, dont le B&B cum restaurant est aussi un magasin d’antiquité (un peu cliché ça non ?).

J’avais deviné le meurtrier de CC de Poitiers dès le départ mais cela ne m’a rien ôté du plaisir de lire ; d’ailleurs en cours d’enquête, j’ai eu quelques doutes en lisant les déductions de Gamache, mais la fin de l’histoire m’a donné raison.
Ce plaisir de lecture est surtout dû aux personnages qui habitent l’histoire, car j’ai trouvé le style dans son ensemble un peu terne.
C’est assez paradoxal, je sais, voilà une histoire dont j’ai aimé l’enquête et les personnages mais pas tellement le style d’écriture.

L’inspecteur en chef Gamache et son épouse Reine-Marie m’ont fait penser au commissaire Maigret et Madame.
Gamache n’est pas au bord du divorce,  ne s’adonne pas à la boisson, ne fume pas comme une cheminée, a parfois des questionnements mais sa Reine-Marie parvient toujours à le faire réfléchir. Bien sûr, il ne s’agit ici que de sa 2ème enquête, peut-être les circonstances ont-elles changé en fil d’écriture.

Au Canada, la série comporte déjà 10 romans, qui ne sont pas tous publiés en français.

646e3cf04ae60ad8986cf3

Louise Penny, auteure des enquêtes d’Armand Gamache, est née à Toronto en 1958. Elle était journaliste et animatrice à la radio canadienne avant de se lancer dans l’écriture des polars mettant l’inspecteur en chef Gamache en scène – ses romans ont été plusieurs fois récompensés ; ils sont traduits en 23 langues.  C’est à sa maman, grande lectrice de romans policiers, que Louise Penny doit sa vocation.

Les aventures d’Armand Gamache viennent de faire l’objet d’une adaptation en série télévisée.

Un autre avis sur ce roman chez lewerentz-lenezdansleslivres

 MONTREAL 2014 056 

l'élégante librairie "le parchemin" où j'ai trouvé le roman