thumb60

téléchargement

LES MARDIS DE L’ART

 Dans le cadre de la thématique 2014-2015

 zone occupée # 1

a9d1b3665cff14add685344ec9a922db

 Un regard sur l’art de Christo & Jeanne-Claude – L’installation des parasols = un « pont » entre le Japon et la Californie.

Christo_and_Jeanne-Claude_crop

Une formidable épopée, passionnante mais non sans  risques.

Une étroite collaboration entre Christo et son épouse, Jeanne-Claude, véritable binôme artistique – elle l’aide à gérer ces installations de main de maître, pendant que lui traverses les affres de l’installation, elle tente de le calmer, elle l’encourage, elle le remet parfois à sa place. Une grande complicité, émouvante, d’autant plus que Jeanne-Claude est décédée en 2009.

Le film fut réalisé en 1994, lors de l’installation monumentale de ce qui pourrait passer pour délirant au regard du simple spectateur, mais qui est totalement dans la lignée des installations gigantesques de Christo.

Le concept était d’établir un « Pont de parasols » entre la Californie et le Japon – Jaunes en Californie, Bleus au Japon.

L’installation se fit avec une relative facilité en Californie, dans les montagnes baignées par le soleil – mais où un coup de vent malheureusement causa un accident mortel, qui fit que Christo arrêta immédiatement le projet qui lui tenait pourtant à cœur. Ils étaient si beaux ces parasols dans la lumière du soleil levant ou couchant, mais pour l’artiste, il aurait été « indécent » de poursuivre l’ « exposition ».

A Ibaki, au Japon, un typhon faillit tout faire rater = des parasols étaient installés dans un cours d’eau, dont les eaux montèrent rapidement, empêchant les ouvriers d’avoir accès aux mécanismes – pourtant, ils finirent par être installés, mais des vents violents en firent tomber quelques-uns, dont la toile se déchira. Une proposition de les coucher a été avancée, mais cela aurait signifié que les parasols auraient été pleins de boue.

Finalement ils purent être ouverts, lorsque le vent se calma – et la campagne et les alentours d’Ibaki fut alors « inondée » de jolis parasols bleus. Avec un Christo, nerveux, excité, emballé par sa réalisation - avec un tempérament artistique évident, et un sacré caractère.

J’ai beaucoup aimé le commentaire d’une dame japonaise qui se demandait si finalement la nature et l’art étaient tellement faits pour s’entendre = lorsqu’on installe dans la nature des objets qui n’y ont pas vraiment leur place, elle ne l’accepte pas – c’est peut-être cela qui vit la fin de projet.
Projet très coûteux, comme l’on s’en doute – grandiose aussi = 1.340 parasols bleus dans une vallée japonaise, au nord de Tokyo et 1.760 parasols jaunes, éclatant dans les collines californiennes.
Le film suit les installations à travers les champs, les rizières, à travers les ranchs de Californie, sous le regard surpris de quelques vaches. 

Pour ma part, j’ai préféré les parasols jaunes de Californie, dans un paysage moins encombré que celui du Japon, où l’urbanisation est forte et zmpêchait parfois le regard de profiter pleinement des parasols bleus, la photo ci-dessous ayant apparemment été savamment étudiée pour mettre les parasols en valeur.

téléchargement (1)

Christo et Jeanne-Claude, sont paraît-il nés le même jour, pratiquement à la même heure, en 1935 – lui en Bulgarie, elle à Casablanca. Leur collaboration artistique débuta en 1958, Christo étant l’artiste du binôme, Jeanne l’organisatrice indispensable. Hélas, une rupture d’anévrisme a emporté Jeanne-Claude en 2009, à New York où le couple vivait.

christ11