Sans titre 1

coe14

Sous-titre = le Grand Légendaire des Saisons

Je l’avais prévu (voir chronique), lorsque je découvris le billet de milly sur ce beau livre qui parle de ce que j’aime – contes et légendes, elfes et la nature – je me doutais qu’il finirait dans ma bibliothèque.
C’est désormais le cas !

« L’Elféméride » est le cadeau idéal à se faire à soi-même si on aime ce type de livre, mais c’est aussi un merveilleux cadeau à faire à un enfant – car contrairement à ce que l’on pourrait s’imaginer, vu que ça parle d’elfes et lutins, il ne s’agit nullement d’un livre infantilisant.
Puisque les fêtes approchent, voilà réellement le cadeau idéal.

S’il est effectivement question de belles histoires, il s’agit aussi de faire connaître la nature et ses beautés – de la faune à la flore, chaque mois – de septembre à février – comporte des planches consacrées au paysage, aux jardins, aux légumes propres au mois en question – quelques dictons et coutumes, et bien entendu le petit légendaire approprié.
Ça peut se lire en une fois et puis y revenir plusieurs fois, ou alors déguster feuille à feuille, jour après jour.

Les dessins de René Hausman sont – comme tout ce que ce dessinateur-illustrateur a créé dans sa longue vie d’artiste – de toute beauté et totalement conformes à la réalité – bon, d’accord il n’a pas rencontré des elfes (mais qui sait, dans ses belles forêts ardennaises …), mais lorsqu’il dessine des mûres, des châtaignes, des champignons, des fleurs, des oiseaux et autres animaux, ses dessins sont rigoureusement proches de la vérité – ses oiseaux semblent tellement vivants, qu’on a l’impression qu’ils vont s’envoler du livre pour se poser devant vous …

 2014 058

Pierre Louis et René Hausman étaient faits pour se rencontrer.

Le premier, Pierre Louis, auteur, scénariste de bandes dessinées, conteur et conférencier est né à Charleville-Mézières en 1945.  Depuis toujours il s’est intéressé aux fées et au « petit peuple » ; il a réuni des légendes de son pays et en a donné des chroniques à la radio et la télévision.
Il a écrit de nombreuses encyclopédies d’elfes, lutins et fées. Ces ouvrages furent parmi les tout premiers en France, avant que les fées et les elfes ne soient à la mode.

C’est aussi un auteur qui relit régulièrement Gaston Bachelard (comme je comprends ça  !).
Mais il cite également  des influences du côté de R.L. Stevenson, Lewis Carroll et Walter Scott. Par contre J.R.R. Tolkien ne trouve pas grâce à ses yeux.
Parmi les artistes-illustrateurs inspirants  il cite Arthur Rackham, of course !

Pierre Louis se définit comme un elficologue – un néologisme pour définir un spécialiste du « petit peuple ».
Il se veut en tout cas être « un passeur », un conteur des légendes, un défenseur de la nature – il se met souvent en colère lorsqu’il pense à la manière dont l’Homme traite celle-ci, la société du « chacun pour soi ».
Il râle aussi sur l’école où l’on oublie d’apprendre l’imaginaire et le rêve aux enfants. Il exprime régulièrement cette révolte au cours de ses conférences radiophoniques ou autres.

Le deuxième, René Hausman, est un dessinateur-illustrateur belge, né à Verviers. Il collabora longtemps au journal de Spirou.
Dans ce magazine pour les jeunes, il avait sa propre bédé – Saki & Zunie ou la préhistoire vue par les yeux d’un poète-dessinateur -  mais il illustrait aussi une rubrique = « le Bestiaire », où ses illustrations faisaient merveille.
La nature et le monde des elfes sont les sujets privilégiés de René Hausman – nul autre que lui ne dessine, à mes yeux, les fruits, les fleurs, les animaux des forêts et des jardins.
Ses oiseaux sont si jolis, si vrais, qu’on les croirait vivants.

Il est également l’auteur avec Michel Rodrigue de « La Grande Tambouille des Fées » et « la Grande Tambouille des Sorcières ».

Le site de René Hausman ici.

Le deuxième volume de « L’Elféméride – Printems/Eté » est en cours d’écriture et illustration. Faut-il spécifier que je suis sur des charbons ardents.