Evelyndemorgan

Après ma chronique sur « Troie », et mon petit supplément montrant « Helen of Troy » en peinture, j’ai eu envie d’en savoir un peu plus sur cette artiste, Evelyn De Morgan, pas une entière inconnue pour moi qui apprécie les Pré-Raphaélites, mais dont je ne savais finalement pas grand-chose en dehors de certains tableaux.
Je me suis précipitée sur mon « Thames & Hudson » consacré à ce mouvement de peinture, cependant  la source principale de mon adaptation est le site  De Morgan Foundation. (source des illustrations = photothèque google)

« L’art est éternel, bien que la vie soit courte »

C’est en ces termes que s’exprimait la jeune Evelyn Pickering (De Morgan, après son mariage) dans son journal intime, à l’âge de 17 ans.
Ajoutant également qu’elle exprimait à chaque début d’année la même envie de réaliser quelque chose et force lui était de constater en fin d’année qu’elle n’avait pas fait grand-chose à ses yeux.

Evelyn De Morgan naquit en 1855, au sein d’une famille de la haute bourgeoisie ; son père, Percival Pickering, était greffier, sa mère était la sœur du célèbre peintre pré-raphalélite John Rodham Spencer Stanhope. Comme beaucoup de filles de son époque, Evelyn Pickering, épouse De Morgan, reçut une éducation à domicile – elle se mit à dessiner et peindre vers 15 ans et finalement persuada ses parents de  l’inscrire à la Slade School of Art .
En 1887, elle épousa le sculpteur et céramiste William De Morgan ; ensemble ils s’intéressèrent au spiritisme ; l’étude de la vie après la mort influencera dès lors également sa peinture. Mais c’est son oncle John Spencer Stanhope qui l’influencera le plus, elle lui rendit souvent visite en Italie et c’est là qu’elle découvre les artistes de la renaissance.

Botticelli sera son peintre préféré, comme en atteste sa belle « Flora », peinte en son hommage.

 245px-EvelyndeMorgan

A l’évidence, ses premières œuvres sont fortement influencées par les grands classiques de la mythologie = Ariadne, Venus, Medea, Cassandra, Helen of Troy,  Mais aussi de la littérature et de l’histoire comme « Queen Alienor and the Fair Rosalind », ou thèmes bibliques comme « the Crown of Glory ».

Sans titre 1

Ariadne_in_Naxos,_by_Evelyn_De_Morgan,_1877

display_image

Queen_Eleanor_&_Fair_Rosamund

Fortement impressionnée par les guerres qui jalonnèrent son époque (Boers et 1ère guerre mondiale),  elle tentait d’introduire dans sa peinture un message  de vie éternelle, mais aussi ses convictions anti-militaristes et féministes, pas toujours bien acceptées en cette ère victorienne.
Evelyn De Morgan n’était pas seulement une artiste empreinte de spiritualité et d’humanisme, mais elle mit aussi ses idées en pratique. Elle fut une suffragette convaincue, son  mari partageant ses idées, il fut le président de la « Men’s League for Women’s Suffrage » ; de son côté, elle signera la déclaration du suffrage pour les femmes. Les époux ont été décrits par Edward Poynter (un ancien professeur d’Evelyn) comme 2 êtres fusionnels, ne formant qu’un seul esprit.

 Demorgans 

La petite  phrase dans son journal d’adolescente  illustre  l’artiste et les thèmes dominants de sa peinture = une envie d’éternité devant la brièveté de l’existence, ce qui se retrouve dans la mélancolie de certains tableaux. 
Son style est riche en couleurs, le sujet dominant étant l’allégorie et le corps féminin dans toute sa beauté.

Son modèle préféré était Jane Hales qui fut quelque temps la nurse de la sœur d’Evelyn Pickering. Elle représente le prototype de toutes les femmes peintes par Evelyn, qui sont souvent  – à la différence de celles peintes par les peintres pré-raphaélites masculins -  assez athlétiques, contrairement aux évanescentes belles dames d’un Edward Burne-Jones par exemple. Les femmes d’Evelyn de Morgan sont très belles, mais robustes.

Pour les spécialistes de la peinture pré-raphaélite, elle fait partie des peintres qu’on appellait des « imitateurs du pré-raphaélisme » - personnellement, je trouve ce terme fort réducteur (source => Tim Hilton, in.The Pre-Raphaelites)

51OlOWfeAYL

£velyn De Morgan fut une artiste prolifique, bien reconnue en son époque ; elle exposa ses travaux pendant toute sa vie, à partir de 1877, et ce jusqu’à son décès en 1919. Elle est enterrée aux côtés de son époux – leur pierre tombale fut dessinée par elle après le décès de William De Morgan et exécutée par George Frampton (source).

tombe

 night and sleep

Night_&_Sleep 

our lady of peace

our lady of peace www