courbet

9108b216dc60a609cf66bcb7f3023f89_bpfull

Gustave_Courbet

Paysage_1_large_2x

AU MUSEE DES BEAUX-ARTS DE BRUXELLES

(chronique inspirée par les explications du musée et mes livres d’art  - source des illustrations = site du musée et mes photos prises dans l’expo) 

Une petite exposition sur un grand bonhomme.

Pas très grande vu le peu de tableaux que possède le musée des beaux-arts de Bruxelles, grâce  à la fondation Bernheim.
Elle est centrée autour des 6 tableaux que possède le musée – paysages et portraits sont proposés à côté d’œuvres de peintres belges, contemporains de Gustave Courbet, inventeur/figure de proue du réalisme et son influence sur les jeunes artistes belges.

Le réalisme en Belgique = des peintres belges, adeptes du réalisme, peignent ce que les bourgeois nomment avec mépris « les classes populaires » (c à d. ouvriers, paysans, ceux qui les enrichissaient par leur dur labeur).
Courbet et  les artistes belges = le réalisme de Gustave Courbet rompt avec l’art de son temps.
Comme il l’écrit dans son « manifeste de 1855 » = « être à même de traduire les idées, l’aspect de mon époque, selon mon appréciation, en un mot faire de l’art vivant, tel est mon but »
Cette vision novatrice sera reprise par des artistes belges.
La Société Libre des Beaux Arts = fondée à Bruxelles en 1868 – elle regroupe quelques-uns des artistes les plus progressistes de l’époque, dans la lignée de Gustave Courbet.
Ils contestent les salons officiels, organisent leurs propres expositions jusqu’en 1875. Ils créent la revue « Art Libre » en 1871. Ils veulent rompre avec l’art officiel (néo-classicisme et romantisme), mettant l’accent sur leur environnement personnel et sur la nature.
Ce qui dès lors crée un réalisme autochtone, l’élan de leur peinture les porte vers la liberté et la sincérité.

la société libre des beaux-arts, par edmond lambrichs

2013_003 

Pourquoi dis-je de Courbet qu’il était un « grand bonhomme » =
parce qu’il était un esprit libre, qui refusa la légion d’honneur, qui déclarait =
« il faudra qu’on dise de moi, celui-là n’a jamais appartenu à aucune école, aucune église, à aucune institution, à aucune académie, surtout à aucun régime, si ce n’est le régime de la liberté » !
Il fut l’un des élus de la Commune de Paris, sa peinture fit scandale  (l’origine du monde, c’est lui – et le tableau scandalise encore certains visiteurs du musée d’Orsay, c’est dire !)
Il naquit à Ormans en juin 1819 et mourut en Suisse en décembre 1877 – pourquoi la Suisse = parce qu’il dut s’y expatrier, ayant été condamné à rembourser les frais occasionnés par le  démontage de la colonne Vendôme lors de la Commune.
Il était un grand admirateur des clairs-obscurs de Rembrandt et Franz Hals, 2 peintres qui l’inspirèrent à modifier sa manière de peindre. Désormais, après les avoir découverts, sa peinture s'inspirera de son terroir.
Contrairement à l’ image d’un « lourdaud »  qu’il aimait à cultiver, Gustave Courbet était un érudit, un philosophe – l’un de ses meilleurs amis était le philosophe socialiste Pierre-Joseph Proud’hon (hommage posthume, peint ici avec ses enfants, par Gustave Courbet)

2013_010

Ses peintures furent régulièrement refusées dans les salons officiels. Il fit couler beaucoup d’encre.

Camille Lemonnier dira, à propos d’une toile de Louis Dubois = « un air de famille faisant penser à Courbet devant ses toiles »

femme au bouquet

2013_013

Un anonyme exprimera à propos de « La Roulette » de Louis Dubois = " cela sent son Courbet à une lieue "

Edouard Fils dira à propos de « La Signora Adela Guerreria »  = « une tête admirablement peinte, un corps affreusement dessiné » ! (on n’est pas plus aimable, tant pour le peintre que pour son modèle)

 Courbet_6416dig_H_large_2x

Quant à Félicien Rops dont quelques vitrines exposent ses carnets de dessins, il déclara = « notre ami Courbet est dans le vrai ».

2013_017

2013_018

Gustave Courbet = portait d'alfred stevens

Courbet_3191_H_large_2x

joseph stevens = bruxelles le matin
2013_015

joseph stevens = marché aux chiens, à paris
 2013_007

2013_008 2013_008

alfred stevens = le musicien malade

2013_006

charles de groux = le pélerinage à sainte gudule à anderlecht

2013_004

paysage, Gustave Courbet

Courbet_5030dig_H_large_2x

marine, par Louis Artan de St-Martin

2013_020

Ma conclusion après la visite = OUI inconditionnellement aux paysages et scènes quotidiennes, non aux portraits, réellement fort sombres.

et parce qu’on ne se refait pas et que ce n’est un secret pour personne = je suis faible, TRES faible – je suis donc passée par la boutique du musée (antre de perdition #2),
et adressant  un grand pied de nez  symbolique à mon banquier,
j’ai acheté quelques bouquins (très peu en fait,
si l'on songe à tous ceux qui me tendaient leurs pages)

2013_021

retournant chez moi, comme j’y étais venue, c-à-d à pied via le charmant parc d’Egmont,
j’ai salué au passage la jolie statue de l’un de mes personnages littéraires préférés

2013_001