51sSpPDkRVL

Titre original = Snomannen

7ème  enquête de l’inspecteur Harry Hole

L’inspecteur Harry Hole n’a pas que des problèmes de gueule de bois, il a aussi des problèmes de champignons dans les murs de son appartement. Toujours pas de femme dans sa vie, sauf Rakel qu’il aime encore mais elle a quelqu’un d’autre désormais. A part cela = la routine au commissariat, les habituelles petites mesquineries entre collègues, ceux qui s’apprécient, ceux qui se tirent dans le dos pour une promotion, la routine je vous dis.

De plus, on lui a confié une nouvelle recrue, une jeune femme venue de la brigade des mœurs et qui, contrairement à Harry, ne croit pas aux tueurs en série.
Pourtant depuis une dizaine d’années des femmes ont disparu en Norvège, des femmes fidèles, d’autres qui ne l’étaient sans doute pas, mais sans laisser de trace, aucune. Aussi lorsque disparaît la mère du jeune Jonas, épouse d’un professeur de physique, il est convaincu que le tueur en série a frappé à nouveau.

Seul indice, si l’on peut dire, un bonhomme de neige apparu sur les lieux le jour même où tomba la première neige. 

Commence alors une fastidieuse et longue enquête, avec plusieurs rebondissements dont la fin va s’avérer un fameux coup de théâtre.

C’est probablement parce que j’ai lu trop de polars scandinaves que je deviens fort méfiante à leur égard.
J’ai assez aimé ce thriller de Jo Nesbo, néanmoins je l’ai trouvé trop long, trop touffu. C’est bien qu’un roman soit dense, lorsqu’il s’agit d’une saga familiale, mais un polar qui s’étire et s’étire encore, finit par me lasser.
Je voudrais savoir où l’on veut en venir et quand et comment va-t-on y arriver.
Il est vrai que l’inspecteur Harry (Hole) part dans beaucoup de sens, c’était un peu le cas dans le premier opus  « L’homme chauve-souris », ici c’est décuplé au centuple ; une fois encore il est souvent imbibé, à se demander s’il est encore possible parfois de le rencontrer autrement que saoul !
Il a non seulement des problèmes avec l’alcool, mais relationnels aussi  (avouez que vous voilà surpris !) 

Cependant, et malgré ce que ma petite chronique pourrait laisser entendre de négatif, j’ai apprécié cette lecture -  dont j’aurais tout de même aimé sauter  quelques pages -  les enfants y ont une place importante et j’ai aimé la façon dont Harry Hole s’implique avec les enfants – bien que totalement asocial, le monde de l’enfance lui est ouvert, il le comprend, il a de l’empathie pour ceux qu’ils croisent.

Ses relations avec ses collègues sont comme celles de tous les électrons libres = difficiles, compliquées – les uns l’acceptent tel qu’il est, d’autres le méprisent. Tout le monde s’entend à dire toutefois que c’est un bon flic.

L’un des rebondissements m’avait un peu surprise, car ayant joué à mon jeu de « j’ai l’impression que ce sera lui le tueur », j’étais convaincue d’avoir trouvé. J’ai donc dû attendre la fin du roman pour avoir la satisfaction d’avoir eu (une fois encore) raison. Il est vrai que ce tueur est particulièrement machiavélique. 

Une chose est de plus en plus évidente en les lisant = ces pays du nord qui ont toujours été considérés comme des exemples perdent de plus en plus de leur statut d’exemple pour se montrer sous un jour peu plaisant, mais Maj Sjöwall & Per Wahlöö nous l’avaient déjà fait comprendre il y a pas mal d’années.

Le Harry Hole de Jo Nesbo n’est pas sans me faire penser à Varg Veum, le « privé » de Gunnar Staalesen, qui fait aussi son petit bonhomme de chemin en Norvège, chemin parsemé  de femmes ou maris trompés, d’ados sadiques ou désespérés, avec en plus pour Veum  les flics sur la bosse, tout cela noyé dans l’aquavit

J’ai l’impression que les écrivains de thrillers du nord ne savent pas faire court.
Si l’on prend une Agatha Christie, un Raymond Chandler, un William Irish et tant d’autres auteurs de polars anglo-saxons, ou Georges Simenon par exemple, et même Nicole Provence qui écrit si joliment,  tous ces romanciers vous écrivent une intrigue de quelques 300 pages, parfois un peu plus, mais tout, absolument tout s’y trouve = des rebondissements, une intrigue bien ficelée, des relations entre flics ou entre les personnages qui ne prennent pas trois chapitres. Il y a tout autant de rebondissements et de coups de théâtre.

Merci à manu pour ce prêt, son billet manu ici.  
Les billets de keisha, amanda, aifelle, (si vous avez écrit un billet sur ce roman, n'hésitez pas à me communiquer le lien, je l'ajouterai

Pour ceux/celles que cela intéresse = le réalisateur Martin Scorsese a l'intention d'adapter ce roman à l'écran.

Oslo_harbour_colors_modified