41O5FY4864L__SS500_

61097761_p

61MYG5Z2RKL__SL500_AA300_

SHJW

Une dramatique réalisée en 1998  par RADIO 4 BBC,  parue dans leur  collection Audiobooks.
Adaptation radiophonique de Bert Coules 

Avec Clive Merrison en Sherlock Holmes et Michael Williams en Dr Watson. Judi Dench est Mrs. Hudson

Les divers personnages de l’histoire sont interprétés par des acteurs connus de BBC-RADIO 4 =

Les Barrymore = Don McCorkindale et Jenny Lee ;  Mrs. Lyons = Carolyn Jones (la délicieuse Morticia de la première série de la Adams Family) ; Charles Barskerville = Donald Sinden ; Sir Henry Baskerville = Mark Leake. L’odieux Hugo =  Ian Masters, qui interprète également Stapleton ; Dr Mortimer = Roger May et Beryl = Rachel Atkins.

Est-il encore nécessaire de rappeler l’histoire, dont j’ai déjà relaté 4 versions, parmi lesquelles le roman de Sir Arthur Conan Doyle, ainsi que 3 versions cinéma ? je ne le pense pas, d’autant plus que les multiples participantes au challenge de la SSHD-le signe des trois (à découvrir via cecile(Sblog) qui en est l’une des instigatrices), en ont également parlé.

Qui ignore encore à l’heure actuelle les mésaventures du jeune Sir Henry Baskerville, héritier du domaine des Baskervilles dans la lande de Dartmoor ?
Sur la lande apparaît régulièrement un « chien venu de l’enfer » afin de faire un sort au dernier Baskerville vivant et ce après que leur ancêtre, l’ignoble Hugo Baskerville, ait poursuivi et poussé à sa mort une jeune paysanne. Le hurlement du « chien de l’enfer » fut entendu pour la première fois lors de la mort de Sir Hugo, une mort atroce qu’il n’avait pas volée d’ailleurs.
Afin d’éviter un pareil sort à l’héritier venu du Canada, le docteur Mortimer, ami de la famille, demande l’aide de Sherlock Holmes, qui ne prend évidemment pas du tout cette légende d’un « chien énorme, aux yeux lançant des flammes » au sérieux et, se disant fort occupé, envoie son ami et associé le dr Watson sur les lieux, en lui recommandant toutefois de le tenir minutieusement au courant des événements. Qui se révèleront fort dramatiques évidemment.

Pour les habitués de BBC-Radio 4 et des adaptations de Bert Coules, Clive Merrison est un parfait Sherlock Holmes.
Il est vrai que toute la série des dramatiques de la BBC-RADIO 4 jouissent d’une excellente réputation, non seulement au niveau des adaptations « théâtrales » mais aussi de la qualité d’interprétation.

Et de fait, point besoin ici d’images – vous fermez simplement les yeux et vous vous laissez porter par une histoire qui vous transporte immédiatement à l’époque victorienne, avec un récit  qui vous flanque la chair de poule à tous les coups. 
Donc, fidèle à une réputation qui n’est pas usurpée, qui n’est nullement surfaite, je vous conseille cette épatante version du « Chien des Baskervilles », avec 2 acteurs de premier choix qui se renvoient la balle avec aisance.

Clive Merrison est également bien connu des amateurs de télévision, ayant paru dans de nombreuses séries (Midsomer Murders, Doctor Who etc). Il est également membre de la Royal Shakespeare Company. Il interprétait aussi le père de Kate Winslet dans « Heavenly Creatures » et on a pu le voir dans « Saving Grace », un petit film d’humour caustique et noir, avec Brenda Blethyn.
Depuis 1989 jusqu’en 1998 il a interprété Sherlock Holmes dans les adaptations radiophoniques de la BBC-RADIO 4, en compagnie de Michael Williams en Docteur Watson. Williams est aussi un membre de la Royal Shakespeare Company ; il a été l’époux de Judi Dench, jusqu’à ce qu’il décède en 2001, l’un des mariages considérés comme le plus solide du show business britannique.

Michael Williams était autant connu pour ses interprétations comiques que dans des rôles plus dramatiques. Après son décès, le docteur Watson sera interprété par Andrew Sachs.

Bert Coules, le scénariste des adaptations  de Holmes & Watson d’après Conan Doyle pour la BBC, a ensuite écrit des pastiches « The Further Adventures of Sherlock Holmes), toujours interprété par Merrison.
Judi Dench, en Mrs. Hudson, apporte une note d’humour pince-sans-rire réellement sympathique.

Après cette première expérience holmésienne radiophonique, je sens que je vais allonger ma liste de cadeaux de noel.
J'ai savouré sans modération (c'est presque aussi bon que du chocolat)