MiniLogoDilettantes_300x61

51mvyFb_zyL__SL500_AA300_  61CuacJrDQL__SL500_AA300_

Roman graphique en 2 tomes

1.    L’Appel du Sang

2.    Morts et Vifs

Scénario de Sylvain Cordurié – Dessin de Vladimir Krstic-Laci.

Avec la collaboration d’Axel Gonzalbo pour les couleurs.

Les très belles couvertures des deux volumes sont de Jean-Sébastien Rossbach

En 1891, Sherlock Holmes est considéré comme mort, dans les chutes de Reichenbach, en compagnie de son pire ennemi et plus grand adversaire, le professeur Moriarty. Seul son frère Mycroft est dans le secret : Holmes est vivant et à Paris. De là, il envisage de voyager, un projet qu’il a repoussé pendant de longues années tant il était pris par ses cas. Le docteur Watson n’est pas dans la confidence et Sherlock préfère qu’il en reste ainsi car tant que Watson montrera un chagrin non feint, les sbires de Moriarty croiront encore à sa mort.

Mais lorsqu’on s’appelle Sherlock Holmes, même caché sous d’excellents déguisements, on ne reste pas longtemps dans l’ombre. Ce sont pourtant des ennemis de l’ombre qui vont le poursuivre désormais et l’obliger à revenir dans la capitale britannique.

Le duc Selymes et ses vampires règnent sur Londres, avec l’accord de la reine Victoria – un autre vampire,  un ancien acolyte de Selymes, un certain Owen Chanes se rend coupable de crimes atroces et il faut l’arrêter sinon la reine supprimera l’accord avec Selymes et fera en sorte qu’absolument tous les vampires londoniens seront détruits.

Selymes enlève Holmes afin qu’il l’aide à retrouver Chanes et le détruire ; afin d’obliger Sherlock à collaborer, il menace le docteur Watson et son épouse Mary. Il a même poussé l’astuce jusqu’à engager une vampire pour attirer Holmes, un sosie parfait de la belle Irene Adler décédée depuis peu.

Ça va saigner, c’est évident, dans tous les recoins les plus mal famés de Londres, mais aussi dans des lieux moins sordides en apparence. La rencontre en Sherlock Holmes et Owen Chanes sera décisive, tout comme le sera celle de Chanes avec Selymes.

Bien qu’un peu trop sanguinaire à mes yeux (mais comment faire autrement dans une histoire de vampires ! et puis quand on est fan de Gaston, toute cette hémoglobine c’est assez indigeste), j’ai beaucoup aimé le scénario des deux tomes qui composent ce roman graphique, aux très beaux dessins.

Apparemment, les écrivains ont désormais décidé d’introduire le fantastique dans l’univers holmésien, lui qui est un homme de raisonnement cartésien, ne s’encombrant guère de ce qu’il qualifiait de « contes de bonnes femmes » dans « Le Chien des Baskerville » par exemple. Mais, faut parfois renouveler le genre, non ? Bien sûr, si on est psycho-rigide par rapport au « canon holmésien », mieux vaut s’abstenir.

Véritable roman gothique, l’histoire est digne des romans de Bram Stocker. Le rendu, par les dessins, du Londres de l’ère victorienne est excellent, comme le sont les costumes et les personnages. Les dessins de Laci sont réalistes et soignés, ça dégouline de sang et d’encre de page en page.

J’aime particulièrement la couverture du premier tome, où Sherlock Holmes a les traits de Michael Caine, jeune, qui rappelons-le a interprété le rôle de Sherlock Holmes dans une excellente parodie  du personnage. Cette tête-là de Holmes n’apparaît que sur la couverture. Comme dit plus haut, les couvertures sont de Jean-Sébastien Rossbach.

A part cela, comme je l’ai déjà dit précédemment, j’ai une très nette préférence pour les momies, les vampires et les zombies ne sont pas mes personnages horribles préférés. Mais je sais, il en faut pour tous les goûts … à quand une aventure de Holmes & Watson avec la momie de Tutankhamon ?

Cela me ferait tellement plaisir, messieurs les scénaristes et romanciers… si vous pouviez faire un petit effort en ce sens.

Ceci mis à part, je sens que je vais encore avoir des difficultés à m'endormir ce soir !