jaquette_95471

350px_Sinbad_EOTT

SINBAD AND THE EYE OF THE TIGER, de Sam Wanamaker

Une production Charles H. Schneer & Ray Harryhausen

Scénario d’après une histoire imaginée par Ray Harryhausen et Beverley Cross

Après un long voyage, Sinbad arrive à Bagdad où il espère obtenir du prince Kassim la main de la jolie princesse Farah ; hélas Kassim qui devait être couronné caliphe a été transformé en babouin par sa belle-mère, la puissante magicienne Zenobia qui souhaite que son fils Rafi devienne caliphe.

La puissance de Zenobia est telle que seul le grand sage Melanthius pourrait les aider, mais ce nom est peut-être un mythe, tout comme le personnage. Peu importe, Kassim a sauvé la vie de Sinbad, il est temps pour ce dernier de rembourser la dette à son ami afin de lui rendre sa forme humaine. Bien sûr, la charmante Farah sera du voyage car sinon Zenobia risque bien de la transformer également tant la haine de la belle-mère est grande à l’égard des premiers enfants de son défunt époux.

Afin de déjouer les plans du sympathique groupe de marins Zenobia et Rafi les suivent sur un bateau tout en  métal, actionné par le « Minaton », version mécanisée et soi-disant invincible du Minotaure.

Lorsque Sinbad et ses amis arrivent dans le pays où vivrait Melanthius, ils sont d’abord accueillis à coups de pierre par la population, mais bien vite arrive une charmante jeune fille qui grâce à ses dons télépathiques comprend que leurs intentions sont pures. Le grand sage Melanthius – car il n’est pas un mythe – les reçoit. Avec sa fille Dione, il retrouve des parchemins indiquant le pays des hyperboréens. Là existe une pyramide qui pourra sauver Kassim, il n’y a pas une minute à perdre car le jeune prince-babouin risque de devenir plus babouin que prince au fil du temps ; son humanité va disparaître pour laisser la place à un animal dangereux.

Zenobia et Rafi sont toujours sur leurs talons, enfin plutôt leur poupe puisqu’ils sont en mer.

Bien des obstacles jalonneront encore la route de nos amis avant de pouvoir sauver Kassim et le ramener en tant voulu à Bagdad afin d’être couronné caliphe. Ces obstacles seront un phoque géant, une guêpe géante (l’ignoble Zenobia qui s’est transformée grâce à sa potion magique), un smilodon (ou tigre aux dents de sabre, toujours Zenobia !), des squelettes escrimeurs (encore !) et finalement un troglodyte, mais cet être primitif ancêtre des humains s’avérera finalement un allié précieux, grâce en partie à Kassim-babouin pouvant communiquer avec lui.

wallpaper_16978_246605_10__aTroisième et dernier voyage de Sinbad, cette fois interprété par Patrick Wayne (fils de …) à qui on n’a pas demandé grand-chose de plus qu’à ses prédécesseurs, c'est-à-dire pouvoir effectuer des cascades, avoir un sourire étincelant et être en adoration devant sa jolie princesse. Il est aussi sympathique que les deux autres Sinbad de cette trilogie, qui n’a de points communs que la lutte contre les squelettes et contre les forces de la magie noire.

jaquette_18703416978__000969_La ravissante créature qui prête ses traits à la princesse Farah est Jane Seymour (alias Dr. Quinn), alors à ses tout débuts cinématographiques ; elle est réellement très belle et son talent réside en cela et rien d’autre dans ce film.

Patrick_Troughton_Head  wallpaper_16978_290653_10__aLe sympathique grand sage est joué par Patrick Troughton, que les amateurs de la série « Dr. Who » connaissent bien puisqu’il fut le second docteur pendant trois ans. Par ailleurs, je le connais également pour avoir été le duc de Norfolk, oncle d’Anne Boleyn et Catherine Howard dans le feuilleton télévisé de grande qualité « The Six Wives of Henry VIII », où il était parfait en oncle ambitieux poussant ses deux filles dans la couche du roi avec des conséquences désastreuses pour elles.

Il a aussi fait partie de la distribution de « Jason & the Argonauts », une autre réalisation de Ray Harryhausen.

wallpaper_16978_246609_10__aDione, sa très jolie fille dans le film, est interprétée par Taryn Power, l’une des filles de Tyrone Power et sa seconde épouse. Elle aussi semble avoir été choisie surtout pour son physique et sa blondeur auxquels le prince Kassim ne résistera pas ; c’est Damien Thomas qui interprète Kassim, mais on le voit plus longtemps sous sa forme de babouin, une création « stop-motion » d’Harryhausen.

Le jeune Rafi qui veut être caliphe à la place du caliphe est interprété par Kurt Christian, qui interprétait « Haroun » dans « The Golden Voyage of Sinbad ». Inutile de dire qu’il est nettement moins sympathique ici.

Contrairement aux deux autres films concernant Sinbad, il n’y a pas de magicien ici mais bien une magicienne tout aussi maléfique que ses prédécesseurs. Elle est jouée par Margaret Whiting, une chanteuse jazz et pop américaine ; elle est particulièrement efficace en sorcière !

Le « troglodyte » en stop-motion resservira plus tard en tant que « Kalybos » dans « Clash of the Titans ».  Il était déjà lui-même une récupération du néanderthal figurant dans « The Golden Voyage ».

jaquette_187003« The eye of the tiger » sera la dernière histoire de Sinbad réalisée avec des éléments stop-motion d’Harryhausen, suivront encore deux autres films avec cette technique.

Il paraît qu’afin de mieux construire ses créatures babouin et tigre, Ray Harryhausen passa plusieurs heures au zoo de Londres, afin d’étudier les animaux pour ses créations, réalisant de nombreux sketches (il était un excellent dessinateur) ainsi que des petits films en 8mm.

Encore un de ces films dont le scénario n’a d’autre intérêt que de divertir mais où les prouesses techniques des créations d’Harryhausen volent la vedette aux acteurs.

Quant aux décors naturels, ils sont magnifiques – le film est d’ailleurs considéré comme le plus cher des trois « Sinbad » ; il fut filmé en décors naturels à Malte, en Espagne et surtout dans la très belle cité de Petra en Jordanie.

16978__seot004  16978__sans_titre  16978__seot013  16978__sinbad_trog

220px_Sam_Wanamaker

Le réalisateur Sam Wanamaker fut mis sur la liste noire de McCarthy durant la chasse aux sorcières à Hollywood ; il découvrit cela pendant qu’il réalisait un film au Royaume-Uni et décida, dès lors, de ne pas retourner aux USA, où il était né. Dans un documentaire réalisé bien plus tard, sa fille Zoé révèlera que le FBI possédait un dossier sur son père.

Sam Wanamaker est aussi à l’origine de la reconstruction du Shakespeare Globe Theater.

Il est également apparu dans en tant qu’acteur dans une bonne série de films, notamment réalisés pour la télévision.

jaquette_95518   jaquette_187010